BFM Business

Réforme du code du travail: Martinez évoque un changement de calendrier, l'Élysée dément

À sa sortie de l'Élysée, le patron de la CGT s'est félicité de son entretien avec Emmanuel Macron, qui pourrait avoir décidé de repousser sa réforme du droit du travail. Ce que l'entourage du président de la République a infirmé.

Philippe Martinez, reçu ce mardi par le président Emmanuel Macron, est ressorti de son entretien avec l'impression que le calendrier du gouvernement sur la réforme du code du travail avait "bougé", y voyant "une bonne nouvelle". Mais l'entourage du président l'a plus tard contredit. 

"Le calendrier a l'air d'avoir bougé (...) J'ai cru comprendre que l'agenda rapide qui était prévu n'est pas aussi rapide que ce que j'avais cru comprendre. L'échéance de fin août ou du 1er septembre a l'air plus floue", avait déclaré le numéro un de la CGT.

"Certains sujets mérit(ent) plus de débat qu'une demi-heure sur un coin de bureau. J'ai cru comprendre qu'il était d'accord avec moi en matière de délais de négociation, mais c'est lui le Président, pas moi", avait-t-il insisté.

"Plutôt une bonne chose"

"C'est plutôt une bonne chose, puisque ça va permettre de continuer le débat que nous avons eu l'année dernière (sur la loi El Khomri)", avait-il ajouté.

L'Élysée a néanmoins indiqué ensuite que les discussions ce mardi ne portaient en aucun cas sur le calendrier de la réforme du droit du travail. "La mise en oeuvre opérationnelle sera de la responsabilité du Premier ministre Edouard Philippe et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud" tout comme "la concertation sur le contenu des réformes", a ainsi précisé l'entourage du chef de l'État, précisant par ailleurs que le principe des ordonnances était maintenu. 

Emmanuel Macron reçoit ce mardi les responsables syndicaux et patronaux, venus exprimer leurs exigences sur la réforme du travail que le président veut mener au pas de charge, moins d'un an après l'épisode de la loi El Khomri et de son interminable conflit social.

Devaient suivre dans le bureau du président Jean-Claude Mailly (FO) à 11h et Pierre Gattaz (Medef) à midi. Les entretiens se poursuivront avec François Asselin de la CPME (15h), Alain Griset de l'U2P (16h), François Hommeril de la CFE-CGC (17h) et Philippe Louis de la CFTC (18h).

Y.D. avec AFP