BFM Business

Quand les Suisses passent aux 45 heures par semaine

Les entreprises suisses sont fortement impactées par la hausse de la monnaie helvète.

Les entreprises suisses sont fortement impactées par la hausse de la monnaie helvète. - Patrick Nouhailler - Flickr - CC

Plusieurs entreprises helvètes ont décidé d’augmenter le temps de travail de leurs salariés sans hausse de salaires. Il s’agit pour elles de préserver leur compétitivité face à la montée du franc suisse.

Voilà une mesure que l’on aurait du mal à imaginer en France. Pour préserver leur compétitivité face à la montée du franc suisse, certaines entreprises suisses ont décidé d’allonger le temps de travail de leurs salariés…sans augmenter leurs salaires.

Plusieurs centaines d’employés ont ainsi vu leur semaine allongée de 40 heures à 41,5, 43, voire 45 heures. Au total, une vingtaine de sociétés – la plupart exportatrices - ont pour l’instant eu recours à cette méthode, alors que la monnaie helvète s’est appréciée d’environ 12% depuis deux mois.

La mesure est toutefois temporaire, une condition imposée par les partenaires sociaux. Pour que le personnel accepte plus facilement la nouvelle, certaines sociétés ont également choisi de baisser dans le même temps le salaire de la direction, ainsi que celui des cadres les mieux rémunérés.

La menace de délocalisations massives

D’autres ont cependant choisi de baisser les salaires de tous les employés, parallèlement à l’augmentation de leur temps de travail, rapporte le quotidien Le Temps. Mais dans certains cas, la pilule est plus difficile à avaler, en témoignent les mouvements de grève entamés au sein de plusieurs entreprises.

Dans l’ensemble, pourtant, l’allongement du temps de travail semble plutôt bien accepté par les salariés. D’autant que pèse une autre menace sur l’économie suisse, celle d’une hausse des délocalisations. Le phénomène se réduit pour l’instant à quelques rares exemples, mais pourrait s’amplifier si les mesures prises ne parviennent pas à rétablir la compétitivité des entreprises.

Un élément, enfin, est à prendre en compte: la Suisse est l’un des pays d’Europe qui exporte le plus. Les fluctuations de sa monnaie ont donc de réels effets sur son économie. De quoi, peut-être, expliquer une telle souplesse.

Y.D.