BFM Business

Précarité en Allemagne: les "mini-jobs" explosent

Pour la gauche allemande, un seul emploi ne suffit plus pour vivre

Pour la gauche allemande, un seul emploi ne suffit plus pour vivre - -

Le modèle social allemand n'est-il plus qu'un vestige du passé ? Le nombre de personnes cumulant deux emplois pour joindre les deux bouts a doublé en 8 ans, selon les chiffres de l'ANPE allemande.

2 millions et demi d'allemands ont aujourd'hui un job d'appoint. Ils n'étaient qu'un peu plus d'1 million en 2003.

L'agence pour l'emploi ne détaille pas la nature ou les raisons de ce deuxième emploi, mais la gauche allemande dénonce : un emploi ne suffit plus pour vivre.

Avec la profonde réforme du marché du travail allemand au début des années 2000, les minijobs précaires et mal rémunérés se sont multipliés.

Certes, les entreprises ont gagné en souplesse, le chômage a chuté à 6,5% de la population active, un taux très inférieur à la moyenne européenne

Mais le revers de la médaille : entre 2006 et 2010, la proportion des travailleurs pauvres en Allemagne a grimpé à plus de 20 % dans les entreprises de plus de dix employés selon l’Office fédéral des statistiques.

Les inégalités en Allemagne se creusent : aujourd’hui, la moitié des Allemands se partage 1% des richesses du pays (contre 4% en 1998), d’après un rapport gouvernemental.

Delphine Liou