BFM Business

Pour le patron de Tesla, la création d'un revenu universel est inéluctable

Lors d'une interview pour la chaîne CNBC, Elon Musk a expliqué que le revenu universel allait s'imposer à cause de la robotisation.

Lors d'une interview pour la chaîne CNBC, Elon Musk a expliqué que le revenu universel allait s'imposer à cause de la robotisation. - Justin Sullivan - Getty Images - AFP

Avec l'arrivée des robots travailleurs et de l'intelligence artificielle, le patron de Tesla estime que les États devront à l'avenir rémunérer les gens qui n'auront plus de travail.

Le revenu universel a gagné un nouveau partisan. Alors qu'en France le débat sur l'instauration d'un salaire versé à vie par l'État divise la classe politique et suscite la désapprobation des Français, le patron de Tesla estime lui qu'il faudra tôt ou tard en créer un. Dans une interview à la chaîne CNBC, Elon Musk a confié qu'il ne voyait pas d'autre solution à terme que l'adoption d'une telle mesure.

"Il y a de très bonnes chances que nous finissions par avoir un revenu de base universel, ou quelque chose comme ça, à cause de l'automatisation. Je ne vois pas comment faire autrement, et c'est ce qui devrait arriver je pense."

Le patron de Tesla fait ici référence à la robotisation qui se profile dans le secteur du tertiaire. Après l'industrie, les machines commencent à gagner du terrain dans les services. Que ce soit avec la voiture autonome (la fin des taxis et des VTC?), les robots dans la restauration comme cette machine qui fabrique les hamburgers ou encore la multitude de logiciels basés sur l'intelligence artificielle et capables d'effectuer des tâches simples (un bot qui répond à un client) mais demain de plus en plus complexes. Des machines qui seraient capables de faire d'énormes gains de productivité et par là-même rendre caduc le travail humain.

82% des dépenses totales de l'État français

Musk anticipe l'émergence d'une société de loisirs. "Les gens auront le temps de faire autre chose, des choses plus complexes, plus intéressantes avec plus de temps libre."

Le problème de la projection d'Elon Musk, c'est que personne ne peut affirmer que la robotisation qui vient fera disparaître l'emploi humain. La plupart des prévisions de destructions d'emplois liées à l'automatisation se basent sur une étude de 2013 de deux chercheurs de la Oxford Martin School (Frey et Osborne) qui estimaient alors que 47% du total des emplois américains étaient menacés à une échéance d'une ou deux décennies. Mais une nouvelle étude publiée cette année par l'OCDE fait une prévision avec seulement 9% des emplois qui pourraient être concernés. Pourquoi une telle différence? L'OCDE estime à la différence de Frey et Osborne que seules quelques tâches seront automatisées par travailleur et que donc la destruction sera moindre.

La seconde difficulté du scénario d'Elon Musk concerne le financement de ce revenu de base universel. Prenons l'exemple de la France. Verser 535 euros (l'équivalent du RSA) à 51 millions de Français et la moitié aux 15 millions de mineurs coûterait 376 milliards d'euros par an à l'État. Cela représenterait donc 82% des dépenses totales de l'État (463 milliards d’euros en 2015)! Et si on supprimait tous les minima sociaux, la prime d'activité, les allocations familiales et les aides au logement, cela représenterait toujours 306 milliards d'euros. Bref, les machines devront réaliser de colossaux gains de productivité et créer suffisamment de richesse pour financer ce revenu universel souhaité par Elon Musk.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco