BFM Business

Plus d'un Français sur quatre est prêt à devenir auto-entrepreneur

Les jeunes sont particulièrement enclins à opter pour le statut d'auto-entrepreneur.

Les jeunes sont particulièrement enclins à opter pour le statut d'auto-entrepreneur. - Stocks Photos- CC

Les 18-34 ans sont les plus nombreux à se montrer intéressés par ce statut, selon l'Observatoire de l'auto-entrepreneuriat. Les raisons qui poussent les salariés à devenir auto-entrepreneurs sont très variées.

Que ce soit pour proposer leurs services en dépannage informatique, en jardinage ou bien pour ouvrir leur boutique en ligne, les Français ont de plus en plus recours au statut d'auto-entrepreneur. Ils sont déjà 2 millions à avoir tenté l'expérience. Et ce n'est pas fini. Selon un sondage mené par Opinion Way pour l'Union des auto-entrepreneurs, 26% des actifs assurent vouloir s'orienter vers le statut d'auto-entrepreneur. Une tendance encore plus forte chez les jeunes. 37% des 18-34 ans l'envisagent.

Mais qu'est-ce qui poussent les Français à se lancer? Pour 86% d'entre eux, devenir auto-entrepreneur va leur permettre de sortir du chômage et d'exercer une activité. 84% considèrent ce statut comme un tremplin vers la création d'entreprise, leur permettant notamment de tester les opportunités d'un marché.

La souplesse dans la gestion des tâches et, en particulier, le fait de pouvoir cumuler plusieurs activités est également très apprécié. C'est le motif avancé par 44% des sondés. Parmi les auto-entrepreneurs se trouvent aussi des personnes qui ont, semble-t-il, mal vécu leur position de salarié obligé de donner des comptes à un chef: 43% mettent en avant l'absence de considération hiérarchique comme un atout du statut d'auto-entrepreneur.

Un travail non monotone mais des revenus incertains 

En plus du confort de travail, ce sont aussi les avantages administratifs liés au statut qui intéressent les Français: 39% mettent en avant la facilité d'accès à ce statut, 36% le pourcentage des cotisations sociales à payer uniquement sur le chiffre d'affaires encaissé.

Enfin, 17% misent sur ce statut parce qu'il leur permet de sortir de la monotonie et 20% parce qu'ils estiment que ce régime s'inscrit dans les nouveaux modes de consommation et d'achats en ligne.

Cependant, la vie d'auto-entrepreneur n'est pas dénuée de souci. 52% des Français mettent en avant l'incertitude de leurs revenus, et 36% déplorent que le statut ne soit pas davantage reconnu, rendant ainsi plus difficiles certaines démarches (obtention d'un crédit, d'un logement, d'un comte bancaire. Pour 34%, c'est l'absence de couverture chômage qui est dommageable.

(1) Sondage réalisé auprès d’un échantillon de 1.040 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

C.C.