BFM Business

Monoprix contraint de fermer ses grands magasins à 21h

Les magasins Monoprix vont être contraints de fermer à 21h.

Les magasins Monoprix vont être contraints de fermer à 21h. - -

Les 300 grands magasins Monoprix vont devoir fermer à 21h00 en raison d'un blocage de la CGT à un nouvel accord négocié sur le travail en soirée.

En plein débat sur le travail dominical, les grands magasins Monoprix (groupe Casino) vont devoir fermer à 21h, en raison d'un blocage de la CGT contre un nouvel accord négocié sur le travail en soirée.

Cet accord, négocié après l'invalidation en avril par la Cour d'appel de Versailles de celui datant de 2006, prévoyait notamment de 25% à 35% de majoration de salaire pour les horaires de travail décalés en soirée, mais "la CGT a exercé son droit d'opposition, rendant ainsi l'accord inapplicable", selon un communiqué diffusé mardi soir par la direction de Monoprix.

"La direction de Monoprix regrette cette décision"

Sur les quelque 300 magasins Monoprix implantés en France, 94 pratiquaient jusqu'à présent des ouvertures au-delà de 21h, et vont ainsi devoir restreindre leurs horaires du soir.

"La direction de Monoprix regrette cette décision qui va à l'encontre de l'intérêt des collaborateurs. Elle va examiner, magasin par magasin, les réponses à apporter et étudier la situation des collaborateurs concernés", selon le communiqué de la direction.

Seuls les grandes surfaces Monoprix sont concernées, et non les enseignes Monop', Monop' Daily, Monop' Beauty, Monop' Station (en gares) et Naturalia (magasins bio), a précisé un porte-parole de l'entreprise.

Suppressions de postes

Interrogé sur les conséquences en termes de suppressions de postes, celui-ci a indiqué que le groupe allait "regarder dans les semaines qui viennent comment faire, magasin par magasin".

Selon la direction de Monoprix, le nouvel accord prévoyait "de nombreuses avancées sociales et salariales, notamment des majorations de salaires de 25% à 35%, des repos compensateurs supplémentaires, ainsi que des mesures sur la sécurité ou la mobilité des salariés concernés, qui sont tous volontaires".

Elle précise que cet accord avait été "signé par trois syndicats, approuvé par le Comité Central d'Entreprise ainsi que par 81% des CHSCT [Comités d'hygiène et de sécurité] des magasins fermant après 21h".

Monoprix avait formé un pourvoi en cassation contre la décision de la cour d'appel de Versailles.

Des salariés plutôt déçus

De leur côté, plusieurs salariés interrogés regrettent plutôt cette décision. Ainsi, Antoine (24 ans), étudiant infirmier qui travaillait jusque récemment en soirée dans un Monoprix parisien, juge cela "dommage", et l'action des syndicats "contre-productive". Selon lui, "ce sont surtout des étudiants qui travaillent en soirée" dans l'enseigne, et bénéficient ainsi des salaires majorés. Il n'est pas d'accord avec l'argument de la nocivité du travail de nuit avancée par les syndicats: "tout fonctionnait bien jusqu'à présent".

Daniela (23 ans), étudiante en droit qui travaille aussi le soir dans un Monoprix parisien, abonde: "l'ouverture en soirée est bénéfique pour tous, car elle permet de développer la consommation. Bien sûr, cela serait un problème si les salariés étaient obligés de travailler le soir, mais ce n'est pas le cas". Elle espère que sera trouvée une solution "donnant donnant" où le travail en soirée sera compensé par des avantages pour les salariés.

BFMbusiness.com