BFM Business

Malgré la crise du covid, les salaires des ingénieurs ont encore progressé l'an passé

La dernière étude de l'Association des Ingénieurs et scientifiques de France montre néanmoins certaines disparités en fonction des secteurs et des régions.

La progression des salaires des ingénieurs n'a pas été cassée par la crise sanitaire. Au contraire. Selon la dernière étude* annuelle de l'Association des Ingénieurs et scientifiques de France (IESF), les rémunérations ont en moyenne même augmenté en 2020.

Globalement, la médiane des rémunérations (50% des effectifs gagnent plus, 50% moins) était de 58.900 euros bruts en 2020 contre 57.500 euros en 2019. A titre de comparaison, le salaire médian des cadres est de 50.000 euros selon l'Apec et celui de la population active est de 25.783 euros brut par an.

Cette médiane chez les ingénieurs varie évidemment beaucoup selon les âges avec 40.000 euros brut par an pour les moins de 30 ans, 53.000 euros pour les 30/39 ans, 72.000 euros pour les 40/49 ans et 90.200 euros pour les plus de 50 ans. Dans cette tranche d'âge, les rémunérations les plus élevées peuvent atteindre 125.000 euros par an.

Rémunérations des ingénieurs en 2020 (salaires bruts annuels)
Rémunérations des ingénieurs en 2020 (salaires bruts annuels) © IESF

Les disparités s'observent également en fonction du secteur. Celui de la banque-assurance est celui qui paye le mieux avec une médiane à 77.850 euros brut par an suivi des télécoms (70.000 euros) et des industries de transport (61.500 euros).

La banque-assurance est le secteur qui paye le mieux

En "queue de peloton", on trouve l’agri-agro (48.000 euros en médian brut), l’enseignement (47.777 euros) et les sociétés d’ingénierie (46.249 euros).

Salaires médians des ingénieurs selon le secteur
Salaires médians des ingénieurs selon le secteur © IESF

Mais aussi en fonction des régions puisque le salaire médian d'un ingénieur en Ile-de-France est de 67.558 euros brut par an contre 54.000 euros en moyenne dans les autres régions.

Dernière disparité, sûrement la moins acceptable, est celle de l'écart salarial hommes/femmes qui se creuse à mesure que la carrière avance. Selon l'étude, le salaire médian brut d'un ingénieur homme de 40 ans est de 70.000 euros contre 60.000 pour une femme du même âge occupant la même fonction. En fin de carrière, le fossé s'est encore creusé avec 100.000 euros pour un ingénieur homme de 59 ans contre 80.000 pour une femme...

Hausse provisoire du chômage

Si les salaires ont donc progressé l'an passé malgré la crise, les recrutements ont marqué le pas, confinements oblige. Toujours selon l'IESF, le nombre d’embauches est passé de 126.000 en 2019 à 109.000 en 2020.

Dans le même temps, le taux de chômage dans la profession a sensiblement progressé, passant de 3,5% en 2020 à 4,7% en 2021 ce qui correspond néanmoins encore à du plein emploi. Et cette hausse devrait assez rapidement s'inverser avec des recrutements à la hausse depuis mars dernier, selon les observateurs.

On compte 1.160.000 ingénieurs diplômés en France dont près de 80% sont en activité professionnelle.

*: enquête basée sur 53.300 questionnaires recueillis entre février et avril 2021, analyse les parcours des 1,16 million d’ingénieurs français et leurs salaires au 31 décembre 2020.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business