BFM Business

Loi El Khomri: Royal appelle "à ne pas être sourd ni aveugle"

La ministre de l'Écologie estime qu'il y a encore du travail sur la projet de loi El Khomri

La ministre de l'Écologie estime qu'il y a encore du travail sur la projet de loi El Khomri - Ségolène Royal - AFP

La ministre de l'Écologie a estimé ce dimanche 21 février qu'il fallait faire preuve de pondération concernant le projet de loi de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Elle vante une "juste équilibre" et appelle à la discussion parlementaire alors que le gouvernement envisage l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution.

Pour Ségolène Royal, le curseur n'est pas encore au bon niveau sur le projet de loi de Myriam El Khomri. Ce texte visant à réformer le code du travail a reçu un accueil unanimement défavorable de la part des syndicats de l'aile gauche de la majorité.

La ministre de l'Écologie estime ainsi que l'exécutif a encore du pain sur la planche. Il ne faut pas être sourd ni aveugle, on voit bien la montée des objections, on voit bien l'incompréhension derrière un certain nombre de dispositifs" prévus par le projet de loi, a-t-elle reconnu lors du "grand rendez-vous" Europe 1/Le Monde/iTELE.

"Donc il faut continuer à travailler" afin de "trouver le juste équilibre entre quelles nouvelles flexibilités on peut apporter au marché du travail, sans remettre en cause la sécurisation des travailleurs et les acquis sociaux", a-t-elle ajouté.

Dialoguer avec les parlementaires

La ministre a toutefois jugé nécessaire "de continuer à réformer pour améliorer le marché du travail". "Les Français attendent de l'audace. Je comprends les inquiétudes, mais en même temps il faut bien aller de l'avant", a-t-elle assuré.

Le projet de loi, dont les grandes lignes ont été dévoilées cette semaine, suscite de vives réactions à gauche, mais aussi chez les syndicats, la CGT et FO laissant déjà entrevoir une mobilisation contre un texte jugé trop favorable au patronat.

"Cet avant-projet est très déséquilibré entre la flexibilité et la sécurité", a également estimé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, qui a pourtant accompagné les principales réformes sociales du quinquennat de François Hollande.

Le texte sera présenté en Conseil des ministres le 9 mars et discuté à l'Assemblée nationale en avril. Myriam El Khomri a déjà indiqué qu'elle s'attendait à "un débat nourri" et n'a pas exclu le recours au 49-3, permettant une adoption sans vote.

"Il y a un double dialogue aujourd'hui. Il y a le dialogue avec les partenaires sociaux, qui est absolument indispensable, et il y a le dialogue parlementaire", a souligné Ségolène Royal. "Il faut que les parlementaires discutent, ça ne sert à rien de caricaturer ou d'entrer dans des conflits", a poursuivi la ministre, pour qui "on ne réforme pas bien un pays avec des tensions".

J.M. avec AFP