BFM Business

Les solutions radicales de l'Afep pour réduire le déficit de l'Unédic

Pour régler le problème du déficit de l'assurance-chômage, l'association patronale regroupant les plus grandes entreprises prône une forte dégressivité des allocations. En compensation, elle accepterait un système de bonus-malus sur les cotisations, modulées selon la proportion d'intérimaires, de CDD et CDI.

Comment réduire le déficit (près de 4,5 milliards d'euros) et la dette (30 milliards) de l’Unédic qui assure le paiement des allocations chômage? Quelques jours avant l'ouverture des négociations sur le financement de cet organisme, l'association française des entreprises privées (Afep) veut mettre sur la table plusieurs propositions choc, révèle le quotidien Les Echos.

Rejetant la piste d'une augmentation des cotisations, l'association qui réunit les dirigeants des plus puissantes sociétés françaises, suggère de faire peser les économies sur les droits et les allocations des chômeurs. Pour les nouveaux entrants, une dégressivité forte des allocations est proposée: une baisse de 25 % à la moitié des droits (soit après une année pour les chômeurs de moins de 50 ans) en partie compensé par une période minimum de 6 mois d'indemnisation à taux plein. Cette mesure générerait, selon Les Echos, plus de 2 milliards d’euros d’économies. 

Le gouvernement, lui-même, n'excluait pas le recours à la dégressivité des allocations chômage pour réduire le déficit de l'Unédic.

36 mois d'indemnisation uniquement après 55 ans?

L'Afep veut aussi réaliser des économies sur les indemnisations des chômeurs âgés de plus de 50 ans, qui bénéficient de trente-six mois d’allocation chômage. L'association recommande de reculer ce seuil à 55 ans, ce qui économiserait 450 millions d’euros.

Parmi les autres pistes d'économies pouvant être réalisées, l'association des grandes entreprises suggère qu'un jour cotisé donne droit à 0,9 jour indemnisé contre 1 pour 1 actuellement. Il serait aussi question de ramener de quatre à six mois la durée minimale d’affiliation à l’Unédic pour bénéficier du droit aux allocations chômage. 

Une proposition de bonus-malus sur les cotisations 

Pour faire passer la pilule de ces mesures choc auprès des syndicats, l’Afep serait prête à accepter un système de bonus-malus avec une modulation des cotisations selon que les entreprises recourent massivement à l'emploi précaire (intérim, CDD) lequel, in fine, alimente les files de chômeurs à indemniser. "Les malus des entreprises recourant massivement à l’emploi précaire étant compensé par les bonus des plus vertueuses" explique le quotidien économique.

F.B