BFM Business

Les salaires vont augmenter en 2018

Les entreprises prévoient d'augmenter leurs salariés de 1,8% à 2% en moyenne.

Les entreprises prévoient d'augmenter leurs salariés de 1,8% à 2% en moyenne. - Florian David - AFP

Selon deux études distinctes, les entreprises prévoient un budget d'augmentation de 1,8% à 2% pour les salaires de leurs employés.

Les entreprises prévoient pour 2018 des budgets d'augmentation de 1,8% à 2% pour les salaires, et tableront une nouvelle fois davantage sur des augmentations individuelles que collectives, selon des études des cabinets LHH-Altedia et Deloitte.

Selon le cabinet Deloitte, dont l'étude publiée ce mardi porte sur plus d'une centaine de sociétés, "pour la première fois depuis 2011", les entreprises prévoient une augmentation de 2%, toutes populations confondues.

LHH-Altedia, dont l'étude porte sur un panel de 350 sociétés, fait part de son côté d'un budget d'augmentation de 1,8% pour 2018, tous secteurs confondus, qui "montre une relative prudence des entreprises".

Parmi les sociétés interrogées, 40% déclarent avoir une enveloppe égale à celle de l'an dernier et 33% une enveloppe supérieure. Selon la taille des entreprises, l'enveloppe peut varier de 0,4 point, allant de 1,6% pour les plus petites à 2% pour les plus grosses souvent au-dessus de 10.000 salariés, souligne le cabinet LHH-Altedia.

Les augmentations individuelles privilégiées

Deloitte relève un écart de 0,2 à 0,3 point entre le budget des petites et grandes entreprises, mais pour les cadres et cadres supérieurs. Pour les non-cadres, "le budget reste similaire".

Les deux études notent que les augmentations seront à nouveau surtout individualisées, au détriment des augmentations générales. Selon Deloitte, les entreprises consacreront "1,52% en moyenne" aux augmentations individuelles (0,48% en moyenne aux générales). L'individualisation concernera surtout les cadres, selon LHH-Altedia, qui anticipe un mix (augmentations individuelles et générales) pour les non-cadres.

En matière de rémunération, d'autres éléments pourront être mis sur la table par les employeurs, observent les deux études: intéressement, participation, revalorisation de différentes prises en charge (transport, tickets restaurant).

Selon LHH-Altedia, 57% des entreprises envisagent aussi des négociations sur des "mesures complémentaires", principalement sur la réduction des écarts de salaires (hommes/femmes, bas salaires, séniors...) et la revalorisation des barèmes internes.

Y.D. avec AFP