BFM Business

Les résidents d'une maison de retraite abandonnés pour la nuit

-

- - -

Les pensionnaires d'une maison de retraite des Yvelines ont passé la nuit de mardi sans aucun personnel dans les murs. L'équipe de jour était partie sans vérifier l'arrivée de la relève, qui n'est jamais venue. Le directeur s'excuse et reconnait un incident «grave».

Nous sommes mardi soir dernier, dans la « Résidence du sourire », à Carrières-sous-Poissy (Yvelines). Vers 22 heures, les pensionnaires commencent à s'inquiéter sérieusement. Car ils ont beau chercher, aucun personnel n'est présent. Ni infirmiers, ni médecins, ni le moindre employé... Les 71 résidents réalisent alors qu'ils sont purement et simplement livrés à eux-mêmes. Certains, fortement dépendants, ne peuvent demeurer sans soins.

Un employé malade, un autre pas au courant qu'il travaillait

Plusieurs personnes âgées, prises de panique, se réfugient dans le réfectoire; d'autres errent désemparés dans les couloirs. Deux sexagénaires décident alors d'appeler les pompiers et la police, qui parviennent à restaurer le calme dans l'établissement. Comment une telle situation a-t-elle pu se produire ? A cause d'une incroyable négligence. L'équipe de jour, partie à 20 heures, ne s'est pas assurée que la relève était bien arrivée. Or le binôme constituant l'équipe de nuit n'est jamais arrivé: le premier employé était malade. Le second ne savait pas qu'il travaillait.

«Des sanctions disciplinaires seront prises»

Aujourd'hui, les familles réclament des explications. Certaines, très en colère, envisagent de porter plainte. Quant au directeur de l'établissement, il est navré. Florian Lacroix, qui se trouvait en province avec son adjoint cette nuit-là, avoue qu'il y a eu « un grave dysfonctionnement, puisque moi-même je n'ai pas été informé de l'absence de cette équipe de nuit. Donc là on est sur un grave manquement. On a une enquête administrative qui est en cours sur l'établissement et des sanctions disciplinaires seront prises à l'encontre des personnes qui n'ont pas tenu leur poste ».