BFM Business

Les intentions d'embauche pour la fin de l'année atteignent un niveau record

Selon le baromètre Manpower, les intentions d'embauche des entreprises françaises s'envolent pour le quatrième trimestre.

Un engouement inédit des entreprises françaises, signe de la reprise économique? Les intentions d'embauche grimpent à +37 pour le quatrième trimestre, rapporte le dernier baromètre Manpower publié ce mardi. Ce chiffre correspond au solde net d'emploi, c'est-à-dire à la différence entre le pourcentage d'employeurs anticipant une hausse de leurs effectifs et le pourcentage d’employeurs anticipant une baisse. Il n'avait jamais été aussi élevé depus la création du baromètre, souligne Manpower.

A 37, ces intentions d'embauche sont en hausse de 33 points sur un an (où le solde était de +4). Et elles ont plus que quadruplé par rapport au trimestre précédent (où le solde était à +9).

"Une entreprise sur deux que nous avons interrogée nous dit aujourd'hui qu'elle souhaite augmenter ses effectifs sur le quatrième trimestre, ce qui est un taux absolument record", assure Alain Roumilhac, président de Manpower France, sur le plateau de BFM Business.

L'industrie manufacturière affiche la plus forte progression (avec un solde à +54), avec une hausse de plus de 50 points par rapport au troisième trimestre. L'hôtellerie-restauration enregistre la plus faible hausse (avec un solde à +28) d'un trimestre à l'autre, mais les intentions d'embauche grimpent tout de même de 41 points sur un an. Par ailleurs, les grandes entreprises annoncent les intentions d'embauche les plus élevées (solde à +43), en hausse de 24 points, devant les entreprises de taille intermédiaire (50 à 249 salariés) avec un solde à +42 et les petites entreprises (solde à +21).

"C'est une reprise qui est véritablement en V, [avec] un certain nombre d'entreprises qui avaient sans doute bloqué leurs recrutements dans les trimestres précédents et qui aujourd'hui ont besoin de main d'œuvre pour répondre à la demande", explique Alain Roumilhac, qui ajoute que l'on observe ce fort rebond dans tous les grands pays industrialisés.

Difficultés de recrutement

Les employeurs peinent pourtant à recruter: 64% des employeurs interrogés répondent avoir des difficultés à trouver de bons candidats.

La crise sanitaire "pousse les salariés à se poser la question de leur rapport au travail", précise Alain Roumilhac. La forte augmentation des créations d'autoentreprises est "un phénomène assez significatif" car ce sont "des gens qui vont vers du travail indépendant" pour ne pas dépendre d'une entreprise.

Selon lui, "cette pandémie, sans doute ces confinements, fait que les salariés se sont posés un certain nombre de questions", comme le sens du travail ou leur place dans l'entreprise. "C'est tout l'enjeu des entreprises, des entrepreneurs: comment est-ce qu'il faut que je m'adapte dans ma proposition aux salariés ? […]. Si on ne le fait pas, on va se retrouver avec un vrai problème de pénurie de main d'œuvre", prédit le dirigeant.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV