BFM Business

Les ex-Lejaby récoltent 50 000 euros

-

- - -

Les anciennes ouvrières de Lejaby ont lancé un appel aux dons il y a deux mois. Elles ont déjà récolté 50 000 euros sur un objectif de 100 000. Le but : créer leur propre atelier de confection.

Les anciennes ouvrières de Lejaby se sont lancées dans un pari un peu fou : récolter 100 000 euros pour créer dès octobre leur propre atelier de façonnage de lingerie et de maillots de bain haute-couture.
Un appel aux dons a été lancé il y a deux mois sur Facebook, via la page Les Atelières. Et c’est déjà un succès puisque 50 000 euros ont déjà été récoltés. Muriel Pernin, chef d’entreprise fait partie du projet. Elle est à l’origine de l’appel lancé sur Facebook : « Je ne pensais pas que ça irait si vite. Je pensais qu’on serait peut-être à 50 000 euros mais plutôt dans la dernière partie de l’année. Il y a une vraie volonté des Français de maintenir le savoir-faire dans notre pays. Les Français entendent tous les jours des annonces de plans sociaux, donc je pense que quand il y a des initiatives comme ça de gens qui relèvent la tête, qui essaient en tout cas, ils sont attentifs ».

« Ça nous donne de l’espoir pour le futur »

Et le succès redonne espoir aux anciennes salariées de Lejaby. Janine Caillaux a été licenciée lors du plan social de décembre 2011 : « Je trouve que c’est super. On a vécu des mois très difficiles donc ça nous permet de rebondir et ça nous donne de l’espoir pour le futur. On se dit que notre savoir-faire va pouvoir perdurer à travers ce projet. Je suis très enthousiaste et très contente de voir comment c’est perçu. C’est vraiment extraordinaire ce qui se passe ».

« Je voulais les aider »

Entre 4 000 et 4 500 personnes ont déjà donné. Yvette Garnier est l’une de ces donatrices : « J’ai trouvé la démarche très intéressante. J’ai été au chômage aussi, ça m’est arrivé trois fois, j’ai toujours trouvé qu’il y avait un gâchis et (...) je voulais les aider. En plus je connais le milieu de la lingerie, je sais que c’est un savoir-faire extraordinaire qui ne doit pas se perdre. Et dans l’état de crise actuelle, c’est important de conserver de la production en France, une production française et un savoir-faire inégalé ».
L’entreprise Lejaby avait été placée en liquidation judiciaire en décembre 2011. Finalement, Alain Prost, le repreneur de Lejaby avait maintenu 190 emplois à Rillieux-la-Pape (Rhône), tout en fermant le site d'Yssingeaux (Haute-Loire). Aujourd’hui, le nouveau patron de Lejaby est prêt à apporter son soutien aux anciennes ouvrières qui ont lancé ce tout nouveau projet : en effet, il s’est engagé à sous-traiter aux « Atelières » une partie de sa prochaine production de luxe griffée « Lejaby couture ».

|||

Si vous aussi vous voulez participer à l’aventure, il est possible de faire des dons jusqu’à l’automne prochain. Rendez-vous sur la page Facebook « Les Atelières ».

La Rédaction, avec Antoine Serres