BFM Business

Les 5 mesures phares du gouvernement pour lutter contre la pauvreté

Jean-Marc Ayrault a annoncé une série de mesures pour lutter contre la pauvreté, ce mardi 11 décembre.

Jean-Marc Ayrault a annoncé une série de mesures pour lutter contre la pauvreté, ce mardi 11 décembre. - -

La conférence de lutte contre la pauvreté s'est achevée ce mardi 11 décembre. Le Premier ministre en a profité pour annoncer une série de mesures, dont le coût est estimé à plus de 2 milliards d'euros.

A l'issue de la conférence de lutte contre la pauvreté, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé une série de mesures pour tenter d’endiguer le phénomène :

> Un contrat d'insertion, dont environ 100 000 jeunes non qualifiés pourront bénéficier, sera créé à la "rentrée 2013". Il sera assorti d'une allocation à hauteur du RSA socle (environ 450 par mois). Cette "garantie jeunes" consistera en "un contrat d'un an renouvelable signé entre le jeune (...) et le service public de l'emploi", a précisé le chef du gouvernement, précisant que le jeune en question "bénéficiera alors, pendant ses périodes d'inactivité d'une garantie de ressources d'un niveau équivalent au RSA".

> Une revalorisation du RSA de 10 % dans les 5 ans à venir, avec une première étape dès le mois de septembre.

> 4 000 places d'hébergement d'urgence pour les sans-abri et 4 000 places en centre d'accueil pour les demandeurs d'asile (Cada) seront créées, ainsi que la mise en oeuvre d'une "garantie des risques locatifs" pour les plus modestes. Le Premier ministre prévoit également "un effort complémentaire", du même niveau que les fonds destinés à créer de nouvelles places d'hébergement et d'asile, "pour favoriser le logement durable et le retour au droit commun".

> Une revalorisation du plafond de ressources pour bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) a aussi été annoncée. Ceci afin de permettre à davantage de personnes d'en profiter. "Le plafond sera révisé de façon à couvrir 500 000 personnes de plus", a déclaré Jean-Marc Ayrault. Le plafond est actuellement de 7 934 euros par an et 4,3 millions de personnes en bénéficient.

> Le problème du surendettement n’a pas non plus été oublié. Le Premier ministre entend "responsabiliser" davantage les banques avec "la création d'un registre national des crédits aux particuliers, à l'occasion de la prochaine loi sur la consommation"."La responsabilisation des banques sera désormais renforcée par la loi bancaire, qui intégrera des éléments relatifs au plafonnement des frais pour les publics fragiles", a-t-il précisé.

Jean-Marc Ayrault, enfin, a chiffré entre 2 et 2,5 milliards d'euros d'ici à 2017 le coût de l'"effort supplémentaire" annoncé.
"Je peux donner une indication sur l'ensemble (des mesures) à la fin du quinquennat, quand toutes ces mesures auront pris leur ampleur (...) C'est quand même un effort supplémentaire de 2 mds, 2,5 mds d'euros à la fin du processus", a-t-il indiqué.

BFMbusiness.com