BFM Business

Le gouvernement n'exclut pas de prolonger le chômage partiel jusqu'à fin 2021

Muriel Penicaud, ministre du travail

Muriel Penicaud, ministre du travail - AFP

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé, sur Europe 1, que le mécanisme d'aide au paiement des salaires pourrait être maintenu au-delà de 2020 dans les secteurs les plus touchés par la crise, comme l'automobile ou le tourisme.

La reprise n'est pas au rendez-vous pour tout le monde, le gouvernement prévoit de poursuivre son soutien aux entreprises les plus touchées par la crise. Le mécanisme du chômage partiel, qui permet la prise en charge d'une partie des salaires, pourrait être maintenu.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a indiqué, sur Europe 1 ne pas exclure "cette prolongation du dispositif qui a déjà aidé plusieurs millions de salariés".

L'indemnisation des salariés placés en chômage partiel correspond aujourd'hui à 70% du salaire brut. La prise en charge de l'activité partielle par l'Etat et l'Unédic est passée de 100 à 85% depuis le 1er juin, dans la limite inchangée de 4,5 Smic.

"J'espère qu'on en n'aura pas besoin", a-t-elle ajouté. La ministre du Travail a précisé que ce maintien ne concernerait que les secteurs les plus touchés comme "l'automobile, l'aéronautique ou le tourisme".

Dans ces filières, "l'activité partielle de longue durée permettrait d'aider la trésorerie "pendant six mois, douze mois, 24 mois s'il le faut", a poursuivi la ministre.

Mais cela se fera en contrepartie d'engagements de la part des entreprises, sur l'emploi et la formation. "il faudra un accord des partenaires sociaux pour diminuer le temps de travail" dans une optique de redressement de l'entreprise, tandis que "l'intervention de l'Etat viendra compenser une partie de la baisse de salaire que ça représente".

Coralie Cathelinais