BFM Business

Le futur patron de la CGT dénonce le "faux dialogue social"

Thierry Lepaon va devenir officiellement patron de la CGT la semaine prochaine

Thierry Lepaon va devenir officiellement patron de la CGT la semaine prochaine - -

Dans une interview aux Echos de ce mercredi 13 mars, Thierry Lepaon qui va succéder à Bernard Thibault à la tête de la centrale, le 22 mars, affirme sa détermination à combattre l'accord sur la sécurisation de l'emploi.

Lors du 50ème congrès de la CGT, qui va se tenir du 18 au 22 mars à Toulouse, Thierry Lepaon va officiellement succéder à Bernard Thibault à la tête de la confédération.

Dans une interviex aux Echos de ce mercredi 13 mars, le nouveau patron du premier syndicat de France dénonce une nouvelle fois l'accord sur la sécurisation de l'emploi signé le 11 janvier par les partenaires sociaux et en passe de devenir loi. "C'est du faux dialogue social sous la pression du chantage à l'emploi", lance-t-il. "L'accord prévoit qu'un accord d'entreprise pourra déroger à la loi. C'est la porte ouverte à tous les abus et on ne peut l'accepter", ajoute-t-il.

"Les salariés veulent des syndicats unis"

Concernant la journée de manifestation du 5 mars qui n'a pas été un gros succès, Thierry Lepaon estime qu'il "faut du temps pour bien faire comprendre les dangers réels du texte"(...) Nous ne sommes ni isolés ni sur une opposition dogmatique". "Les députés commencent eux aussi à mesurer la portée réelle du texte, on le sent clairement quand nos militants vont à leur rencontre", estime-t-il.

Enfin, sur les relations toujours complexes avec la CFDT, le successeur de Bernard Thibault affirme "qu'il ne faut pas nier" les divergences, "mais nous ne devons pas oublier non plus que nous avons des intérêts communs. Les salariés veulent des syndicats unis". Ajoutant : "Il faut batir un syndicalisme rassemblée et de conquête".

>> Lire aussi- CGT : Le Paon succèdera à Thibault en mars 2013

P.C.