BFM Business

Le chômage se stabilise au deuxième trimestre

Le taux de chômage en France métropolitaine est resté stable à 9,7%.

Le taux de chômage en France métropolitaine est resté stable à 9,7%. - Philippe Huguen - AFP

Selon les chiffres de l'Insee publiés ce jeudi 4 septembre, le taux de chômage est resté à 9,7% de mai à juin, en France métropolitaine, soit au même niveau que le trimestre précédent.

L'accalmie n'est pas encore arrivée. Selon les statistiques de l'Insee publiée ce jeudi 4 septembre, le taux de chômage est resté stable au deuxième trimestre, s'élevant à 9,7% en France métropolitaine, soit le même chiffre qu'au trimestre précédent.

En incluant l'Outre-mer, le chiffre augmente néanmoins de 0,1 point à 10,2%.

Sur un an, le taux de chômage, mesuré par l'Institut national de la statistique selon les normes du Bureau international du travail (BIT), baisse de 0,2 point dans l'Hexagone, et de 0,1 point en incluant l'Outre-mer.

A l'opposé, le deuxième "thermomètre du chômage", le nombre d'inscrits à Pôle emploi, a lui continué à grimper. Entre avril et juin, en métropole, le chômage des jeunes, priorité du gouvernement, ne progresse pas mais reste très élevé (22,8%).

Deux thermomètres différents

Selon l'Insee, le chomage baisse de 1,6 point sur un an. Celui des seniors (50 ans et plus) baisse légèrement, passant de 6,7 à 6,6%. Il est stable sur un an. Au total, 2,8 millions de personnes étaient au chômage au 2e trimestre. Dans ses prévisions, publiées en juin, l'Institut tablait sur une augmentation de 0,1 point au deuxième trimestre pour atteindre 9,8% en métropole (10,2% avec l'outre-mer), niveau auquel il se stabiliserait jusqu'à la fin de l'année 2014.

Sur le même deuxième trimestre 2014, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité inscrits à Pôle emploi a continué à augmenter, battant chaque mois de nouveaux records (plus de 3,4 millions fin juillet en métropole).

Samedi, le ministre du Travail François Rebsamen avait reconnu "un échec" en matière d'emploi : depuis l'élection de François Hollande plus de 500.000 nouveaux demandeurs d'emploi sans activité ont poussé la porte de Pôle emploi.

La divergence entre les deux indicateurs s'explique par le fait qu'ils ne mesurent pas le chômage de la même manière: Pôle emploi recense les inscrits sur ses listes alors que l'Insee mesure son taux à partir d'une enquête trimestrielle auprès de 110.000 personnes. Seul le taux de l'Insee est reconnu à l'international.

J.M. avec AFP