BFM Business

Laurence Parisot se rappelle au bon souvenir du gouvernement

La présidente du Medef ouvrira mercredi 29 août l'université d'été du Medef

La présidente du Medef ouvrira mercredi 29 août l'université d'été du Medef - -

La présidente du Medef ouvrira mercredi 29 août l'université d'été de son organisation en recevant le Premier ministre. Elle réclamera à nouveau un allégement rapide des charges des entreprises.

Silencieuse depuis la conférence sociale de la mi-juillet organisée par le gouvernement, Laurence Parisot remonte au créneau.

Mercredi après midi, elle ouvrira la traditionnelle université d'été du Medef en accueillant le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui prononcera un discours attendu devant les patrons.

Mais, dès ce mardi, dans une interview au Monde, elle rappelle les attentes des chefs d'entreprise à l'égard du nouveau pouvoir.

Stratégie "probusiness"

Laurence Parisot critique d'abord la stratégie de réduction du déficit du gouvernement. Elle prône à la place une "stratégie 'probusiness' favorable aux entreprises". Les dépenses publiques devraient, selon elle, être réduites deux fois plus que l'augmentation des recettes.

Pour un effort de 30 milliards d'euros en 2013, il ne faut pas plus de 10 milliards "au maximum" de recettes supplémentaires, "ce qui serait déjà très lourd", affirme-t-elle.

Frictions avec le gouvernement

Les sujets de friction entre le gouvernement et le patronat sont nombreux. Il y a l’abandon par Jean-Marc Ayrault des accords "compétitivité-emploi" pour moduler le temps de travail en période de difficultés économiques. De même, l’instauration d’une contribution de 75% sur les hauts revenus et la réforme de l’ISF avec la possible intégration de certains biens professionnels braquentles patrons. Ou encore la menace d’une loi pour limiter les "licenciements boursiers" et la présence annoncée de salariés dans les comités de rémunération des entreprises.

Hausse de la CSG et de la TVA

A la veille de l’ouverture de négociations sur le financement de la protection sociale, l’université d’été sera l’occasion pour la présidente du Medef de relancer les propositions de l’organisation patronale en la matière.

Laurence Parisot va ainsi remettre sur la table son idée de "pacte fiscal et social". Il s’agit de transférer sur la CSG et la TVA une part des charges patronales et salariales afin d’améliorer la compétitivité des entreprises. Louis Gallois, l’ancien patron d’EADS qui doit remettre dans les prochaines semaines un rapport au gouvernement sur ce thème, pourrait d’ailleurs aller en partie dans son sens.

En finir avec les 35 heures

Autre revendication qu’avancera Laurence Parisot : en finir avec les 35 heures en fixant la durée du travail dans des accords conventionnels signés au niveau de la branche ou de l’entreprise.

Mais sur ce sujet, la présidente du Medef sait très bien qu'elle a peu de chance d'être entendue, mercredi après-midi, par Jean-Marc Ayrault.

Patrick Coquidé