BFM Business

La reprise économique redonne la bougeotte aux jeunes cadres

Illustration cadre dirigeant

Illustration cadre dirigeant - Pixabay

L'Apec publie plusieurs panoramas de l'emploi des cadres montrant un réel retour de la confiance chez les entreprises et chez les salariés. Pour preuve: le changement ne fait plus aussi peur.

Malgré la menace du variant Delta, les perspectives s'améliorent pour les cadres. L'Apec a dévoilé plusieurs panoramas sur l'emploi des cadres pour le deuxième et le troisième trimestre 2021.

Première indication, les recrutements repartent à la hausse. "14 % d’entreprises ont ainsi embauché au moins un cadre au deuxième trimestre 2021, soit 2 points de plus qu’au trimestre précédent" indique l'Apec, qui note également "un volume d’offres d'emploi qui retrouve un niveau proche de celui d’avant-crise."

Mieux, juin 2021 est le premier mois, depuis le début de la crise sanitaire, où les offres d’emploi retrouvent une évolution positive sur un an. Et pour le troisième trimestre 2021, plus d'une entreprise sur deux (54%) se disent désormais "capables d’anticiper leur activité" (+8 points par rapport au deuxième trimestre) et une très grande majorité (78%) affiche "une confiance dans l’évolution de leur carnet de commandes" (+13 points).

Le changement, une opportunité?

Du côté des cadres, la confiance en l'avenir se traduit par un retour de la mobilité, notamment chez les jeunes. "Encore très partagés fin 2020 sur l’opportunité représentée par un éventuel changement d’entreprise (52%), les cadres de moins de 35 ans en sont désormais largement convaincus (69%)" indique l'Apec. En revanche, les plus de 55 ans restent plutôt réfractaires au changement (34%, comme en décembre dernier). Pour l'ensemble des cadres, le changement d’entreprise perçu comme une opportunité est partagé par 51% des personnes interrogées (+6 points par rapport au deuxième trimestre).

Mais tous les signaux ne sont pas encore au vert: 23% des cadres se sentent toujours menacés par le risque de licenciement. L'industrie et le commerce restent clairement les secteurs les plus fragiles. Seules 42% des entreprises industrielles se disent "capables d’anticiper leur niveau d’activité au prochain trimestre" tout comme 45% des entreprises dans le commerce, contre 71% dans la construction. De la même façon, 6% des entreprises du secteur du commerce envisagent de recruter au moins un cadre au prochain trimestre contre21% dans les services à forte valeur ajoutée.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business