BFM Business

La Haute-Marne, seul département où le chômage a reculé

BFM Business

Les chiffres de l'emploi de janvier seront connus ce 26 février. Même si l'inversion de la courbe du chômage n'a pas eu lieu en 2013, un département a tiré son épingle du jeu. En Haute-Marne, le nombre de demandeurs d'emploi est en recul de 1%.

La publication des chiffres du chômage pour janvier, prévue ce 26 février à 18 heures, est attendue avec moins de ferveur que le mois précédent. On sait, en effet, que François Hollande a perdu son pari d'inverser la courbe du chômage à la fin de l’année 2013. Pourtant, un département sort du lot, celui de la Haute-Marne, qui est le seul à avoir atteint cet objectif.

Le nombre de chômeurs y est passé d'environ 8.800 à la fin 2012 à 8.700 à la fin 2013, soit une baisse d'un peu plus de 1%. Les moins de 25% sont les grands gagnants, leur taux de chômage ayant reculé de 10%.

Une réussite que l'on doit à une hausse des offres d'emploi dans le département grâce à un plan d'aide aux entreprises innovantes du Groupement d'intérêt Public (GIP) de Haute-Marne.

Soutenir la formation des séniors

La société spécialisée dans les prothèses de genou Aesculap, basée à Chaumont, a ainsi bénéficié des soutiens nécessaires pour se développer sur ce créneau très porteur. Résultat : 10 personnes recrutées en 2013 et 7 postes bientôt créés.

"J'ai pu être embauché en mars 2013, après une période de transition de 3 mois", explique Cédric Le Bonniec, un jeune ingénieur qui n'a pas hésité à quitter sa Bretagne pour ce poste.

En 2014, d'autres projets vont permettre de soutenir la création de nouveaux emplois. Le GIP de Haute Marne a apporté son soutien financier à la création d'un centre de démantèlement de matériel roulant de la SNCF ou encore un centre de maintenance nucléaire de EDF. Des initiatives qui devraient conduire au recrutement de 250 personnes.

Mais comme dans les autres départements, le problème des chômeurs longue durée et celui des séniors n’est toujours résolu. "Il y a un problème de formation. Parce que si les plus de 50 ans ne retrouvent pas de travail, c'est parce qu'ils n'ont pas la formation adéquate pour les emplois qui sont proposés", constate Bruno Sido, le président du Conseil général de Haute-Marne.

BFMbusiness.com et Fanny Duvot et Audrey Morel (vidéo)