BFM Business

La formation professionnelle sème le zizanie dans les rangs patronaux

Le torchon brûle entre Medef et CGPME sur la question du financement de la formation professionnelle

Le torchon brûle entre Medef et CGPME sur la question du financement de la formation professionnelle - -

La séance de négociation sur la formation professionnelle entre représentants du patronat qui devait se tenir ce jeudi 21 novembre au matin a été annulée en raison de profondes divergences entre Medef et CGPME.

Une fois n'est pas coutume, le monde patronal se déchire, ce 21 novembre, autour de la formation professionnelle. Une réunion sur ce thème, prévue ce jeudi matin, a ainsi été annulée de peur qu'un clash n'éclate entre la CGPME et le Medef.

Il est pourtant rare que les deux organisations, dont l'une représente les patrons de PME et l'autre est dite plus proche des grandes entreprises, fassent état aussi clairement de leurs divergences.

Les représentants patronaux s'écharpent sur la réforme du financement du système de formation professionnelle et de ses 32 milliards d'euros.

Le Medef veut supprimer la contribution obligatoire des entreprises au plan de formation, qui correspond à 0,9% de la masse salariale. Ce qui serait un moyen de baisser les charges sur les entreprises.

Mais la CGPME s'y oppose farouchement. Elle craint que la formation dans les TPE et PME n'en pâtisse. Elle aurait de ce fait été la première à faire sécession, en envoyant aux organisations syndicales ses propres propositions alternatives au texte du Medef qui sert de base aux discussions.

La CGPME fait sécession

Craignant un clash public lors de la séance de ce jeudi, les présidents du Medef, Pierre Gattaz, et de la CGPME, Jean-François Roubaud, ont donc convenu lors d'une rencontre mercredi, d'ajourner la séance.

Selon les deux organisations patronales, la prochaine réunion, prévue le 5 décembre, est, elle, maintenue. La dernière négociation doit se tenir le 12 décembre, et déboucher sur un accord.

Le gouvernement a demandé aux partenaires sociaux (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, Medef, CGPME, UPA) de parvenir à un accord d'ici à décembre en vue d'un projet de loi avant la fin d'année. Objectif: ouvrir davantage les formations aux jeunes, aux salariés peu qualifiés, aux employés des petites entreprises et aux chômeurs.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, attend également de ces négociations une séparation claire des fonds alloués à la formation professionnelle et ceux destinés au financement des organisations syndicales et patronales. Le rapport Perruchot sur le financement des syndicats, paru sur le site du point en février 2012, estime que la CGPME a récolté 4,8 millions d'euros de collecte pour la formation professionnelle en 2010.

N.G. et avec agences