BFM Business

L'emploi, première préoccupation des Européens

En Espagne, seuls 21% des habitants estiment positives les actions menées en matière d'emplois.

En Espagne, seuls 21% des habitants estiment positives les actions menées en matière d'emplois. - -

Pour plus de la moitié des Européens, l’emploi est la première de leur priorité, loin devant l’éducation, révèle le baromètre BVA publié ce 2 juillet dans les Echos. Et chez les Français, ce chiffre grimpe à 75%.

Les Européens sont inquiets sur la situation de l’emploi. Et les derniers chiffres du chômage, qui atteint désormais 12,1% en zone euro, semblent leur donner raison.

Selon un sondage BVA, publié mardi 2 juillet dans les Echos et diffusé sur France Inter (1), pour 58 % des Européens, l’emploi est la priorité, l’éducation se classant 18 points derrière.

Chez les Français l’angoisse est plus forte encore car l’emploi est la priorité de 75% des personnes interrogées, tandis que l’éducation se place 29 points derrière. Les promesses répetées du gouvernement sur l'inversion de la courbe du chômage ne semblent donc pas convaincre.

Le baromètre s’intéresse aussi jugement des Européens sur l'action de leurs pouvoirs publics. Là aussi, le couperet tombe : seulement 34% de jugements positifs en moyenne,

La France et l'Angleterre sont plus sévères que la moyenne avec 38% de jugements positifs. L'Europe du sud se révèle franchement négative (20% et 21% de jugements positifs en Italie et en Espagne).

La France, trop dure avec elle-même

Jugée par les autres, concernant la performance de ses services publics, la France, pessimiste sur elle-même, est cependant toujours le deuxième pays le mieux considéré en Europe après l'Allemagne et juste devant l'Angleterre.

Mais la perception de la situation financière de la France s'effondre depuis 2010, avec un recul de 16 points. Désormais, une majorité d'Européens (51%) et plus encore, de Français (80%) juge négativement la situation de la France, à l'instar de celles de l'Italie ou de l'Espagne, alors qu'ils sont très positifs sur la situation financière de l'Allemagne (87%) et du Royaume-Uni (67%).

Nos voisins sont de plus en plus inquiets sur la situation financière de notre pays : 64% la jugeait positive en 2010, ils ne sont plus que 48% aujourd'hui. Dans le même temps leur jugement sur l'Allemagne et la GB s'est amélioré.

(1) L'enquête a été réalisée par l'Institut de sondage BVA via Internet du 10 au 21 juin 2013 en Angleterre, Espagne, Italie, France et Allemagne auprès d'un échantillon représentatif de 4.038 personnes âgées de 18 à 65 ans, choisies selon la méthode des quotas.

C.C. avec AFP