BFM Business

L'astrologie joue-t-elle un rôle dans le destin des cadres français?

A la tête des entreprises du SBF 120, le signe du Cancer est bien plus représenté que les autres.

A la tête des entreprises du SBF 120, le signe du Cancer est bien plus représenté que les autres. - Chris Lexow - Flickr - CC

A la tête des plus grandes entreprises françaises, certains signes du zodiaque sont plus représentés que d'autres. L'astrologue Elizabeth Teissier a son explication. On peut la croire ou non. En tout cas, il semble bien que certaines entreprises prennent en compte le "thème astral" de leurs cadres.

Simple hasard? A la tête des 120 plus grandes entreprises françaises, le signe du cancer est plus représenté qu'aucun des onze autres. Sur nos heures creuses, nous nous sommes amusé à compiler les dates de naissance des dirigeants des entreprises cotées au SBF 120. Il en ressort que près de 14% d'entre eux sont nés entre le 21 juin et le 23 juillet. Viennent ensuite les scorpions, à 11,5%. Puis ex-aequo, les balances, les poissons et les taureaux. En bas de tableau, on retrouve les capricornes, les sagittaires, les vierges (moins de 6%) et bon dernier, les lions (4%).

Même si l'analyse de statistiques ésotériques n'est pas la marque de fabrique de BFM Business, nous avons néanmoins appelé Elizabeth Teissier, l'astrologue qui a chuchoté à l'oreille de grands dirigeants, à commencer par François Mitterrand. Elle nous a expliqué que "certains signes sont plus portés à l'action, tels les signes de feu comme le Bélier, le Lion. Les premiers aiment diriger et ouvrir des voies nouvelles, tandis que les seconds aiment diriger leur monde".

Un constat qui ne vaut donc pas vraiment pour notre échantillon de patrons. Le Lion y apparaît comme le signe le moins représenté alors que, selon la plus réputée des astrologues, ses natifs seraient faits pour régenter leur monde: "Peu leur importe le domaine à partir du moment où ils gouvernent", souligne-t-elle. Cette assertion se vérifie il est vrai un peu mieux pour les 24 Présidents qu'a connu la France depuis qu'elle est une République mais aussi les Premiers ministres depuis 1958, date où cette fonction a été créée. Plus de 1 sur 5 sont des natifs du Lion. 

Elizabeth Teissier souligne aussi que le signe du Scorpion est sur-représenté parmi les dirigeants, notamment d'entreprises, parce que "comme le Bélier, ils sont ambitieux". Et d'ajouter, que "le Capricorne, qui aime lui aussi évoluer, a aussi tendance à être patron."

Pour apporter de l'eau à son moulin, l'astrologue starisée par la télévision française dans les années 70, nous a parlé du travail de Michel Gauquelin. Au départ sceptique quant à l'influence des astres sur les personnalités et leur destin, ce psychologue a entrepris dans les années 50 une vaste enquête statistique pour démontrer son inanité. Mais surprise: il décèle une corrélation, qu'il a appelé l'"Effet Mars". En étudiant l'heure et le lieu de naissance d'un certain nombre de sportifs célèbres, il s'est rendu compte que la planète rouge se trouve dans des endroits importants de leur thème astral à un rythme supposé récurrent.

Le poids des croyances des recruteurs ?

La preuve que la position des planètes influerait sur notre destinée professionnelle? Toujours pas. Sans même parler des doutes sur la pertinence de l'échantillon utilisé par Gauquelin, une autre explication dont on vous laisse juger de la vraisemblance a été avancée par les auteurs de "Freakonomics". Mars prédomine dans un thème astral quand les enfants sont nés en début d'année. Or ceux-là sont avantagés lors des compétitions sportives, puisqu'ils affrontent des adversaires nés la même année qu'eux, mais souvent plus tard. Un enfant né en janvier aura une musculature plus développée et se sera entraîné plus longtemps que celui né en décembre. D'où le fait qu'ils soient plus nombreux à gagner les rencontres, et à atteindre un haut niveau.

Mais revenons-en à nos patrons. En fait d'influence des astres, ce sont les croyances de certains recruteurs qui pèsent. Des chasseurs de tête lyonnais interviewés -anonymement- par le cabinet Oasys en 2007 admettaient que pour 5% d'entre eux, le signe astrologique du candidat pouvait peser dans la balance. 5%, c'est peu. Mais on ne compte là que ceux qui le reconnaissent. Les grands noms du recrutement nous ont d'ailleurs tous refoulé sur le mode: "nous sommes des gens sérieux".

Les astrologues, eux, nous ont assuré recevoir une grande part de demandes portant sur des embauches. Sans jamais dévoiler de noms. Catherine Lyr évoque "les secteurs du luxe, de la construction, de la finance et des nouvelles technologies". Et des personnes qui "viennent en catimini, appellent pour s'assurer de ne croiser personne en arrivant", souligne Véronique Cauquil, astrologue à Nice. Pour établir le thème astral d'un candidat à un poste sans que celui-ci s'en doute, certaines ont leur astuce. "Il est très facile d'appeler une mairie ou un hôpital en se faisant passer pour la cousine qui veut faire une surprise pour un anniversaire, et obtenir ainsi des heures de naissance", raconte l'une d'entre eux. 

33% des Français sensibles à l'astrologie

Il faut dire que depuis 1993, la loi proscrit le "recours à des méthodes aux résultats aléatoires, telles que l’astrologie, dont la validité prédictive du point de vue de l’aptitude à l’emploi n’est nullement établie". Cette même année, on apprenait dans une étude menée par le laboratoire de psychologie de l'université Bordeaux-II que le recrutement d'un cadre sur dix passait par l'arbitrage d'astrologues, de graphologues ou de numérologues. 

"Les ressources humaines sont un domaine perméable aux croyances ésotériques", souligne Jean-François Amadieu, professeur à la Sorbonne et auteur du "Livre noir des DRH". Dans ce domaine, l'influence de l'astrologie est plus importante qu'on ne le croit, affirme-t-il. Il suffit de regarder les sondages, comme celui de la Sofres évoqué en 2000 dans la Revue française de sociologie, selon lequel 33% des Français estiment que les signes ont un sens. "Ces gens sont bien quelque part, on les retrouve forcément en proportion similaire à l'exécutif des entreprises, même grandes".

Nina Godart