BFM Business

Jean-Michel Aulas: "pour réussir, il faut un esprit patriote"

Jean-Michel Aulas était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce 6 mars.

Jean-Michel Aulas était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce 6 mars. - -

Le président du club de football l'Olympique Lyonnais était l'invité de BFM Business ce 6 mars, mais en tant que président-fondateur de Cegid, une entreprise spécialisée dans les solutions de gestion.

Le plus souvent, les medias l'invitent pour parler du club qu'il préside, l'Olympique Lyonnais. Sur BFM Business, ce jeudi 6 mars, Jean-Michel Aulas est invité en tant que président-fondateur de Cegid. Créée il y a trente ans, cette société de services numériques proches du consommateur, a commencé par vendre des logiciels de comptabilité et gestion.

Aujourd'hui, elle est est en train de nouer un partenariat avec IBM sur le cloud computing. "Nous apportons la valeur ajoutée, IBM apporte l'énergie", explique Jean-Michel Aulas. "L'actualité est française, la sécurité est française, mais la puissance et l'intelligence", est confiée à IBM, précise-t-il.

L'entreprise, qui présente aujourd'hui ses résultats annuels, revendique 260 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ce que regarde le chef d'entreprise, parmi toutes les lignes du bilan, c'est le "cash flow, le résultat opérationnel, c'est-à-dire ce qui rentre effectivement en termes de trésorerie", un montant triplé en un an, selon le président de l'OL.

Des marges triplées en un an

Justement, quand le chiffre d'affaires augmente de 7%, le résultat opérationnel, lui, croit de 30%. Une amélioration des marges liée à la "transformation du business model de Cegid", selon son patron.

"Pendant des années, nous concevions des progiciels que nous vendions en one shot, donc 100% des revenus étaient obtenu au moment de la vente. Aujourd'hui, nous fournissons des services. Les fonctionnalités sont facturées dans la récurrence". Ce qui permet de "sécuriser les résultats de l'entreprise. C'est ce qu'on appelle le modèle SAS pour Software as Service".

Comment une petite française résiste aux géants du logiciel professionnel? "Nous ne faisons pas tout et n'importe quoi. Nous avons une approche très spécialisée, sectorielle: nous sommes leader dans le domaine de la fiscalité, le retail, chez les experts comptables, dans les ressources humaines".

Cegid est un exemple d'entreprise de taille intermédiaire, avec 2.000 employés. Pourquoi y a-t-il si peu d'ETI en France? Selon Jean-Michel Aulas, "il faut un esprit patriote". Il faut également "savoir s'adapter". La recette du succès: "proximité, taille humaine, décentralisation, stabilité et imagination".

N.G. et BFM Business