BFM Business

Jacques Attali: "la France n'est pas gouvernée depuis 25 ans"

Jacques Attali était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars.

Jacques Attali était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars. - -

L'ancien conseiller de François Mitterrand était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars. Pour lui, le traitement réservé à François Hollande est "injuste", car ce dernier s'attaque à des réformes majeures, dont celle de la formation professionnelle.

Ancien conseiller de François Mitterrand, et soutien de François Hollande durant la dernière campagne présidentielle, Jacques Attali, mercredi 27 mars, a pris la défense de ce dernier, malmené par les sondages,.

Invité ce jour d'Hedwige Chevrillon sur BFM Business, il s’est même montré très sévère avec les gouvernements précédents, droite et gauche confondues : "on est très injuste avec François Hollande, et on est en train de rentrer dans une période très dangereuse pour la démocratie", a-t-il affirmé.

"Il y a des injustices énormes dans ce pays, un chômage énorme, et des réformes qui n’ont pas été faites. Mais il faut raison garder par rapport au pouvoir actuel. Ce pays n’est pas gouverné depuis 25 ans. Depuis la cohabitation entre François Mitterrand et Jacques Chirac, le pouvoir exécutif ne fait rien."

Même Lionel Jospin en prend pour son grade :"tant Lionel Jospin que le président de l’époque (Jacques Chirac, ndlr) n’avaient qu’une seule idée en tête : baisser les impôts et augmenter les dépenses". Une façon de gouverner que Jacques Attali qualifie de "démagogie absolue".

"Il y a une connivence entre les syndicats et le patronat"

Dans ce contexte, "le gouvernement actuel commence à toucher à des réformes que, depuis 25 ans, ce pays n’a pas voulu faire", selon lui.

Puis il a précisé : "une des réformes majeures, c’est de changer la formation professionnelle. Ce sont actuellement 32 milliards d'euros qui y sont consacrés, au profit des boîtes de formation qui dépendent du patronat et des syndicats."

La solution? "Si on déplaçait ces 32 milliards vers les chômeurs, et si on considérait que tout chômeur en formation sérieuse aidée n’est pas au chômage, mais a un contrat de travail, on supprime sans changer un sou 500.000 chômeurs."

"Actuellement c’est un gaspillage total", a poursuivi l’économiste, "car il y a une connivence entre les syndicats et le patronat afin de ne rien faire et de garder cet argent pour eux".

Et de conclure sur un message adressé à François Hollande: "je recommande donc que l’on passe par ordonnance pour réformer la formation professionnelle".

>> A voir aussi - la vidéo intégrale de Jacques Attali sur BFM Business

Y.D.