BFM Business

Insertion professionnelle des jeunes diplômés: la situation va s'améliorer

Les jeunes diplômés de 2012 vivent une insertion plus difficile que leurs aînés et que ceux qui arrivent sur le marché du travail en 2013.

Les jeunes diplômés de 2012 vivent une insertion plus difficile que leurs aînés et que ceux qui arrivent sur le marché du travail en 2013. - -

Selon l'Apec, la situation des diplômés un an après leur entrée sur le marché du travail s'est dégradée par rapport à celle de leurs aînés, selon le baromètre publié ce 8 octobre. Mais elle devrait s'améliorer pour la promotion 2013.

Une génération sacrifiée. Les jeunes diplômés de 2012 vivent une insertion plus difficile que leurs aînés et ceux qui arrivent sur le marché du travail en 2013, constate le baromètre trimestriel de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), publié ce mercredi 9 octobre.

L'enquête a été réalisée au printemps 2013. Moins d'un an après l'obtention de leur diplôme, la proportion de jeunes de niveau Bac+4 et plus en poste a chuté de 7 points par rapport à la promotion précédente. Les jeunes diplômés restent néanmoins largement majoritaires à avoir trouvé un emploi, à hauteur de 64%.

Parmi les bacs +4 de la promotion 2012 qui s'en sortent le mieux: les ingénieurs, puis les diplômés des écoles de commerce et de gestion, et enfin les diplômés de l'université.

Les jeunes de niveau Bac+3 et Bac+6 sont le plus fréquemment en poste. En revanche, les Bac+5 sont les plus affectés: la proportion de jeunes actifs accuse une chute de 9 points par rapport aux diplômés de 2011.

Des salaires en hausse et de bonnes perspectives

A certains égards toutefois, la situation s'améliore. Ainsi, l'Apec s'est aperçue que parmi ceux qui avaient un projet professionnel, plus des trois quarts des jeunes en poste occupent la fonction qu'ils souhaitent à l'issue de leurs études.

Côté salaire aussi, il y a de quoi se réjouir: le salaire médian des Bac+4 a augmenté pour s'établir à 28.800 euros, soit 200 euros de plus par an que la rémunération perçue par la promotion précédente.

Par ailleurs, "dans un contexte économique en légère amélioration, l'accès des jeunes diplômés au premier emploi pourrait être meilleur dans les prochains mois", anticipe Jean-Marie Marx, le directeur général de l'Apec.

En atteste la proportion en forte hausse d'entreprises qui prévoient d'embaucher des jeunes diplômés, à 45% en cette rentrée 2013, contre 35% à la même période il y a un an et 39% au printemps dernier.

Nina Godart