BFM Business

Grève de soutien aux ex-Goodyear: les RER A et B fortement perturbés

Un train sur deux circule ce jeudi sur les lignes RER A et B, en raison d'un appel à la grève pour réclamer la relaxe d' anciens salariés de Goodyear, récemment condamnés à de la prison ferme.

Un train sur deux circulait jeudi matin sur les lignes RER A et B, selon la RATP, en raison de l'appel à la grève lancé par la CGT. Une mobilisation qui vise en particulier à demander la relaxe de huit ex-employés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, condamnés le 12 janvier à neuf mois ferme pour la séquestration durant 30 heures en 2014 de deux cadres dirigeants de l'entreprise.

L'interconnexion SNCF est maintenue à Nanterre-Préfecture pour la ligne A (900.000 voyageurs par jour). Un changement de train est malgré tout obligatoire à Gare du Nord pour la ligne B (un million de voyageurs).

Le reste du réseau Transilien doit fonctionner normalement, comme les lignes de métro, bus et tramway, conformément aux prévisions de la SNCF et de la RATP.

"L'exécutif veut faire un exemple"

Dans le cas des ex-salariés de Goodyear condamnés à 24 mois de prison dont neuf ferme - une peine inédite -, le parquet avait décidé de les poursuivre malgré le retrait de plainte des deux cadres dirigeants séquestrés.

Certains à gauche avaient alors accusé le gouvernement d'être à la manoeuvre. Le Premier ministre Manuel Valls avait répondu à ces accusations en assurant que "la justice est indépendante", tout en reconnaissant une peine "indéniablement lourde".

Mais pour la CGT, qui a lancé une pétition réclamant la relaxe en appel des "8 condamnés de Goodyear", "l'exécutif veut faire un exemple". Le texte qui a recueilli plus de 150.000 signatures, accuse notamment François Hollande et son gouvernement d'avoir "décidé de déclencher une répression sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises".

Le premier syndicat de France veut ainsi faire de jeudi, plus généralement, une journée de "protestation contre les atteintes aux libertés syndicales". 

Y.D. avec AFP