BFM Business

Grève: 1 TER sur 2 et 2 TGV sur 3 en circulation

Les transports sont perturbés ce mercredi (photo d'illustration).

Les transports sont perturbés ce mercredi (photo d'illustration). - Thomas Coex - AFP

"Ce mercredi 18 mai, la semaine de grèves se poursuit. Le trafic est perturbé. Il devrait également l'être jeudi 19 mai."

La grogne contre le projet de loi Travail se poursuit, dans cette semaine de tous les dangers pour le gouvernement. Des perturbations sont à prévoir ce mercredi 18 mai.

A la SNCF et la RATP

Le trafic sera "perturbé" mercredi et jeudi à la SNCF en raison d'une grève à l'appel de la CGT-Cheminots et SUD-rail, avec en moyenne la moitié des TER en circulation et 2 TGV sur 3, a annoncé mardi la SNCF. En Ile-de-France, 3 RER sur 4 circuleront et 6 Transilien sur 10. Ce mouvement, motivé par la défense des conditions de travail des cheminots, à un moment où les règles du secteur sont remises à plat, s'inscrit également dans la contestation du projet de loi travail.

La CGT-cheminots (premier syndicat) a appelé les salariés du groupe public ferroviaire à cesser le travail chaque mercredi et jeudi, SUD-Rail (troisième) tous les jours jusqu'au 11 juillet, soit le lendemain de la finale de l'Euro de football. Les deux syndicats ont une audience forte chez les conducteurs (75% à eux deux).

Côté grandes lignes, les TGV circulant sur les axes Pays de la Loire et Sud-Ouest seront les plus perturbés, avec seulement un train sur deux, alors que le trafic est annoncé "normal" sur l'axe Est. En outre, 80% des Ouigo (TGV à bas coûts) doivent rouler. Prendre un Intercité sera également compliqué, avec 40% de liaisons assurées en journée, aucune la nuit.

À l'international, le trafic sera normal sur Eurostar, Thalys et Alleo, quasi normal sur Lyria. En revanche, seuls 40% des Elipsos (trains vers l'Espagne) devraient circuler.

En Ile-de-France, les perturbations les plus importantes sont annoncées sur les lignes Transilien P (1 train sur 3), L, R, U et J (1 train sur 2). Côté RER, la ligne E tournera au ralenti avec un train sur deux. La prévision est de 2 trains sur 3 pour les lignes A, C et D, et de 4 sur 5 sur la très fréquentée ligne B. En province, 50% des TER sont annoncés en moyenne. Les clients sont invités à se renseigner localement.

Pour les bus, la RATP prévient: "rassemblement à partir de 14h30, Place de la Chapelle puis défilé par les rues des Faubourg Saint-Denis, La Fayette et de Saint-Quentin et boulevard de Magenta jusqu'à la place de la République. Lignes de Bus déviées dans ce secteur: 20, 26, 30 ,31, 32,35, 38, 39, 42, 43, 46, 47, 48, 54, 56, 65, 75, 302 et 350".

De leur côté, l'Unsa et la CFDT, respectivement deuxième et quatrième forces syndicales à la SNCF, vont déposer des préavis de grève reconductible à partir du 31 mai pour peser dans les négociations sur les règles de travail des cheminots.

Sur les routes

Les routiers ont prévu de reconduire mercredi leur mouvement de protestation contre la loi travail, partout en France sauf à Marseille, où il ne reprendra que jeudi, a-t-on appris auprès des fédérations FO et CGT des transports. Des actions de blocages et/ou des barrages filtrants devraient ainsi être menés dans le Nord, Rennes, Bordeaux ou encore Clermont-Ferrand, selon le numéro de la CGT-Transports, Jérôme Vérité. Dans la région Rhône-Alpes, les militants ont prévu de bloquer une zone logistique, a-t-il affirmé, sans plus de précision.

Des manifestants opposés à la loi travail, mobilisés depuis mardi, continuent mercredi matin à perturber en Normandie la circulation aux abords du Havre et de Caen, ainsi que des accès au carburant. Les principaux accès au Havre étaient toujours bloqués mercredi matin, sauf l'accès nord, selon la préfecture.

Selon une correspondante sur place, sept barrages y étaient recensés contre seize mardi. Ces points de blocages étaient tenus par des salariés du privé et de la fonction publique de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires. Les dockers, mobilisés mardi, ne le sont pas mercredi, mais selon les manifestants ils doivent l'être à nouveau jeudi.

A Gonfreville-l'Orcher, l'accès à la raffinerie Total était toujours bloqué, de même qu'au Grand-Quevilly, près de Rouen, l'accès au terminal pétrolier Rubis, selon la préfecture. A Gonfreville, "la production à l'intérieur de la raffinerie continue à des débits ralentis par les grévistes. Il n'y a aucun produit qui rentre ni qui sort", a indiqué mercredi Thierry Defresne, de la CGT de la raffinerie à la radio France Bleu. Mardi soir, dans un communiqué, la préfecture de Seine-Maritime a indiqué que des stations services avaient été réapprovisionnées à la suite du week-end de la Pentecôte et de mouvements sociaux.

A Caen 218 camions bloquent toujours le périphérique entre les sorties 14 et 16 selon la préfecture. Et une opération escargot menée par trois poids lourds sur la RN 13 dans le sens Caen-Cherbourg a entraîné trois kilomètres de ralentissement mercredi matin, selon la préfecture. Le périphérique Est de Caen reste fermé sur cinq kilomètres, selon Bison futé.

Dans les aéroports

Les compagnies aériennes devront annuler 15% de leurs vols jeudi à Orly, en raison d'un appel à la grève de l'Usac-CGT contre la réforme du droit du travail. "Des perturbations sont attendues sur l'ensemble du territoire", a indiqué la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC). L'Usac-CGT, premier syndicat tous corps confondus (contrôleurs aériens, personnels administratifs, ingénieurs, techniciens, etc.), a appelé les agents de la DGAC à protester "contre le passage en force du gouvernement" sur la loi travail.

D. L. avec AFP