BFM Business

Goodyear: des pneus Titan à Amiens-Nord, la preuve d’une délocalisation ?

Des pneus agricoles "made by Titan" ont été découverts sur le site Goodyear d'Amiens-Nord. Un indice d'une possible délocalisation, selon la CGT.

Des pneus agricoles "made by Titan" ont été découverts sur le site Goodyear d'Amiens-Nord. Un indice d'une possible délocalisation, selon la CGT. - -

Des pneus agricoles Goodyear fabriqués par l’américain Titan ont été retrouvés dans l’usine d’Amiens-Nord. Une “fraude manifeste”, selon la CGT. Le syndicat interprète cette découverte comme la preuve d’une délocalisation de l’activité en cours, qui expliquerait l’échec pour trouver un repreneur.

La direction de Goodyear France est-elle en train de monnayer la délocalisation de son activité de pneus agraires en catimini ? C’est en tout cas ce dont l’accuse la CGT, après la découverte, mercredi 29 mai, de pneus Goodyear fabriqués par Titan dans l’usine d’Amiens-Nord, révélée par Le Monde.

Un huissier aurait photographié des pneus agricoles Goodyear portant la mention "made by Titan", l’ancien candidat à la reprise qui a jeté l’éponge en janvier.

"La direction avait cru pouvoir stocker [ces pneus] discrètement sur le site", devine la CGT. "Titan a donc déjà commencé à prendre le relai de la production de la vente de pneus Goodyear agraires en Europe à partir de ses usines d’Amérique du Nord et du Sud", comme celle de Sao Paulo au Brésil.

Cette découverte intervient au lendemain de l’annonce par la direction de l’échec des tentatives destinées à trouver un repreneur pour Amiens-Nord, et après son rejet du projet de Scop (Société coopérative et participative) proposé par la CGT. Les 1.173 salariés de l'usine sont menacés par la fermeture.

Pour le syndicat, les choses sont claires. "Les directions de Goodyear de Titan ont passé un accord mondial qui comprend toutes les licences y compris toutes celles de la zone EMEA [Europe, Moyen-Orient, Afrique]. Goodyear ne peut donc plus vendre ou céder ni à la SCOP, ni à un autre repreneur ce qu’il a déjà cédé à Titan en échange de royalties importantes", accuse la centrale. La CGT demande au gouvernement "de verifier au plus vite cette situation de fraude manifeste".

Titan dément toute délocalisation

Maurice Taylor, le patron de Titan, écarte ces accusations : une telle délocalisation, qui nécessite le transport des pneus depuis le Brésil, aurait selon lui un coût trop élevé. La direction de Goodyear avait également démenti l’existence d’un tel projet le 17 mai.

Mardi 28 mai, le gouvernement avait pris acte de la fermeture prochaine de l’usine d’Amiens-Nord. Dans un communiqué commun, Arnaud Montebourg et Michel Sapin, ministres du Redressement productif et du Travail, ont réclamé "des mesures d’accompagnement exemplaires" pour aider les salariés à retrouver un emploi.

Ce nouveau rebondissement peut-il entraîner un sursis pour l’usine et ses salariés ? Arnaud Montebourg, n’a pas encore réagi, mais il ne fait pas mystère de son animosité envers Titan. Le retrait de l’américain en janvier avait provoqué un échange de courriers musclé entre le ministre et Maurice Taylor. De là à reprendre le combat...

Romain Fonsegrives