BFM Business

Gel des salaires: beaucoup de bruit pour rien?

Selon la presse allemande, un gel des salaires pendant trois ans était préconisé par le fameux rapport.

Selon la presse allemande, un gel des salaires pendant trois ans était préconisé par le fameux rapport. - Philippe Huguen - AFP

Le rapport franco-allemand, qui sera remis jeudi à Bercy, ne mentionne pas un gel des salaires, mais simplement une "dynamique trop forte" des rémunérations en France. Le texte est en fait largement centré sur l’investissement.

Le rapport très attendu de deux économistes, le Français Jean Pisani-Ferry et l’Allemand Henrik Enderlein, sera remis jeudi 27 novembre à Bercy. C’est sur ce texte que comptent s’appuyer Paris et Berlin pour défendre une vision commune des politiques économiques à adopter. Ce rapport a fait beaucoup de bruit à la suite de fuites dans la presse allemande selon lesquelles, outre un assouplissement des 35 heures, un gel des salaires pendant trois ans serait recommandé.

Cette mesure a suscité une vive polémique. Mais au final, la proposition choc ne figure pas dans le rapport. La question sera abordée de manière beaucoup plus édulcorée, les auteurs évoquant plus prudemment la "dynamique trop forte" des salaires en France.

Paris et Berlin veulent un plan européen plus ambitieux

A Bercy, on ne voulait surtout pas brouiller le principal message. "Il porte sur les réformes structurelles et sur le thème de l’investissement", affirmait-on du côté du ministère de l’Economie dimanche, afin d’éteindre la polémique naissante.

C'est en effet le point clé du texte. Car pour le gouvernement français, le plan européen de Jean-Claude Juncker, présenté ce mercredi, ne va pas assez loin.

L’exécutif tricolore compte bien s'appuyer sur un allié de poids, le vice chancelier Sigmar Gabriel, qui défend cette ligne au sein de la coalition allemande. D'autant que la compétition s’annonce rude: les 28 Etats Membres ont fait remonter à la Commission environ 1.000 milliards d'euros de projets. Dans ce contexte, Paris et Berlin ont tout intérêt à s'entendre sur des projets communs, pour bénéficier vraiment de ce plan. Un plan qui, selon Bercy, doit être plus massif, et mis en oeuvre au plus vite.

Caroline Morisseau et Mathieu Jolivet