BFM Business

Gaz de schiste : débat Batho-Parisot ce mercredi à 8h35 sur RMC et BFMTV

Delphine Batho et Laurence Parisot seront mercredi face à face sur RMC et BFMTV à 8h35.

Delphine Batho et Laurence Parisot seront mercredi face à face sur RMC et BFMTV à 8h35. - -

Jean-Jacques Bourdin reçoit Delphine Batho et Laurence Parisot demain mercredi à 8h35 sur RMC et BFM TV. Suivez en direct le débat sur le gaz de schiste proposé par la ministre de l'Ecologie et de l'Energie et accepté par la patronne du Medef.

Le gaz de schiste est-il une chance ou un péril pour la France ? Une bouée de sauvetage pour notre industrie ou une menace pour notre pays ? RMC et BFMTV ouvrent le débat demain mercredi à 8h35 avec le face-à-face entre Delphine Batho, la ministre de l’Ecologie, et Laurence Parisot, la Présidente du Medef.
L'idée de ce débat est née fin avril, lorsque le Medef a présenté ses propositions sur la transition énergétique en France, en défendant le nucléaire français et l'exploitation des gaz de schiste dans l'Hexagone, pour l'instant interdite. Laurence Parisot avait évoqué un « débat interdit ». Pour l'assurer du contraire, Delphine Batho – bien qu'opposée à l'exploration et à l'exploitation des gaz de schiste avec la technique controversée de la fracturation hydraulique – lui avait proposé « un débat public », ce que la patronne des patrons a accepté.

La fracturation hydraulique interdite depuis juillet 2011

Le Medef, qui s'appuie sur l'exemple des Etats-Unis, souligne que l'exploitation des gaz de schiste permettrait de relancer l'industrie française, en perte de vitesse, en offrant une source d'énergie bon marché. Le gouvernement souligne lui les risques environnementaux et climatiques de l'exploitation de ces hydrocarbures non conventionnels. La France a été le premier pays à interdire la fracturation hydraulique par une loi entrée en vigueur en juillet 2011, fermant donc de facto la porte à l'exploration et à l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste dans l'Hexagone. Cette interdiction décidée sous l'ancienne majorité de droite a été confirmée par l'actuel gouvernement de gauche. En vertu de cette loi, tous les permis de recherche et d'exploitation d'hydrocarbures déjà octroyés et impliquant le recours à la fracturation ont été abrogés fin 2011. Sur cette même base, plusieurs demandes de permis ont été rejetées l'an dernier et des ONG réclament le rejet d'autres dossiers qui restent en suspens. Enfin, aucune expérimentation scientifique sur le terrain n'a été autorisée depuis lors.

J.V. avec Jean-Jacques Bourdin