BFM Business

Gattaz sur le programme du FN: "des idées d'extrême gauche"

Pierre Gattaz était l'invité de BFMTV et RMC jeudi 22 octobre.

Pierre Gattaz était l'invité de BFMTV et RMC jeudi 22 octobre. - BFMTV

Invité de BFMTV et RMC ce jeudi, le président du Medef s'en est pris au programme économique frontiste, qui ressemble selon lui au "programme commun de la gauche en 1981". Mais il a également eu la dent dure en ce qui concerne la CGT.

Alors que le climat social s'est quelque peu tendu ces dernières semaines, Pierre Gattaz n'en démord pas: le système économique français possède encore trop de verrous pour laisser les entreprises s'épanouir.

Invité de BFMTV et RMC, le président du Medef a de nouveau plaidé pour un "CDI sécurisé", sorte de "contrat de mariage" entre un patron et son employé qui "intègrerait des clauses de séparation". Une simplification du code du travail nécessaire, selon lui, pour "s'adapter à un monde qui bouge".

Egalement dans le viseur du dirigeant: les syndicats, et en particulier la CGT, qualifiée de "dogmatique" par le patron des patrons. "Quand j’entends la CGT, je me retrouve avec des postures du 19ème siècle", a-t-il ainsi affirmé. D'autant que, selon lui, les cadres de la confédération syndicale "ne sont pas intéressés par l’emploi, mais pour la défense de leur appareil".

L'objectif d'un million d'emplois? "Une obsession"

Au contraire du Medef, donc, et de son président, pour qui l'objectif de création d'un million d'emplois en échange de baisses de charges est "une obsession". Mais qui pourrait tout de même attendre, puisque Pierre Gattaz en veut plus: "je ne pourrai créer un million d’emplois si l’on ne met pas sur la table un certain nombre de problèmes", a-t-il déclaré.

Enfin, interrogé sur l'influence grandissante du FN dans les rangs des chefs d'entreprise, Pierre Gattaz s'est montré très hostile envers le programme économique de Marine Le Pen, qu'il a qualifié d'"irresponsable". "Le FN préconise le recroquevillement sur nous-mêmes. Fermeture des frontières, augmentation des taxes d’importation, retour à la retraite à 60 ans, augmentation du Smic... Ce sont des idées d’extrême gauche!"

"Il faut faire exactement l’inverse", a-t-il poursuivi, puisque "la France a des atouts formidables pour se mondialiser". Quant au programme frontiste, "il ressemble au programme commun de la gauche en 1981". Voilà qui devrait plaire à certains, notamment dans les rangs communistes.

Y.D.