BFM Business

François Hollande: "il n'y a pas d'exigence plus forte que la lutte contre le chômage"

François Hollande compte s'appuyer davantage sur la formation pour lutter contre le chômage

François Hollande compte s'appuyer davantage sur la formation pour lutter contre le chômage - -

Le président de la République a réaffirmé, ce lundi 4 mars, son objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin 2013. Il a détaillé les moyens mis en place pour y parvenir, citant notamment la formation.

François Hollande poursuit l’offensive de l’exécutif sur le front de l’emploi. Ce lundi 4 mars, le président de la République a réaffirmé, à Blois, son objectif: inverser la courbe du chômage avant la fin de 2013. Ce alors que le nombre de personnes sans emploi se rapproche de son plus haut historique.

"C’est difficile, mais si c’était simple, ce serait non pas un objectif mais un souhait. J‘entends bien que cet objectif soit tenu pour la fin de l’année", a ainsi assuré avec insistance François Hollande.

"Notre priorité c’est de retrouver au plus vite la croissance et l’urgence est de trouver le plus de moyens possibles pour trouver des emplois. Il n’y a pas de cause plus importante, pas d’exigence plus forte que la lutte contre le chômage", a-t-il poursuivi.

Il a ensuite dressé le diagnostic: le chômage est ainsi un fléau "contre lequel nous avons une obligation morale de lutter et qui est dû à la faible croissance, l’insuffisance de compétitivité de notre appareil productif et à une démographie dynamique".

La formation comme un des remèdes

Viennent ensuite les remèdes pour enrayer le mal, dont beaucoup sont déjà connus. Le président a ainsi évoqué l’accord réformant le marché du Travail, les contrats de génération, dont il a signé les quatre premiers exemplaires, ce lundi, ainsi que les emplois d’avenir.

Concernant ce dernier dispositif il assure que celui-ci "monte en puissance" avec 10.000 signatures sur deux mois alors que le gouvernement en vise 100.000 pour 2013 et 500.000 sur l’ensemble du quinquennat.

Seule nouveauté: François Hollande a insisté sur le rôle joué par la formation. Il a ainsi défini un nouvel objectif: un chômeur sur deux devra recevoir une formation dans un délai de deux mois.

Actuellement la moyenne se situe autour de "un sur quatre", a-t-il indiqué. Il a aussi souhaité que la taxe d'apprentissage serve uniquement à l'apprentissage. Une partie des fonds récoltés par cette manne sert, en effet, également au financement des établissements d'enseignement secondaire ou supérieur.

Un recentrage sur l'emploi

Le président a ainsi marqué un peu plus le recentrage de l'exécutif sur le front de l’emploi. Ce lundi 4 mars, Jean-Marc Ayrault, avait déjà estimé que "tout ne se fera pas d'en haut" dans "la bataille pour l'emploi" et appelé "à l'appui de toutes les forces vives de la Nation", entreprises et collectivités territoriales notamment.

Dimanche, Pierre Moscovici, visiblement fatigué de s’exprimer sans cesse sur la fiscalité, avait, lui, rappelé à RTL que l’objectif numéro un du gouvernement était bien l’inversion de la courbe du chômage.

Julien Marion