BFM Business

Fonction publique: la CGT avertit Darmanin

Gérald Darmanin a reçu les représentants de la CGT ce mardi.

Gérald Darmanin a reçu les représentants de la CGT ce mardi. - Thomas Samson - AFP

La confédération syndicale a prévenu ce mardi le nouveau ministre de l'Action et des Comptes publics que la suppression d'effectifs dans la fonction publique serait considérée comme un "point de rupture".

La suppression de 120.000 postes de fonctionnaires en cinq ans, réaffirmée ce mardi par le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, sera "un point de rupture", a prévenu la CGT, à l'issue d'une première prise de contact.

"Les grandes orientations, nous les contestons, et ce matin nous n'avons pas eu d'éléments qui précisent les choses", a déclaré à l'AFP Jean-Marc Canon, représentant de la CGT fonction publique, à l'issue de cette première rencontre avec le ministre.

"La baisse des effectifs, comme (le fait) de scinder la valeur du point d'indice (qui sert à calculer la rémunération des fonctionnaires, NDLR) en fonction des versants de la fonction publique (État, hospitalière, territoriale), font partie des actes qui, s'ils sont posés, constitueront un recul majeur et un point de rupture pour la CGT", a-t-il ajouté.

Pas de hausse du point d'indice au programme

"Non seulement nous sommes opposés à toute suppression de postes mais nous voulons des créations nettes d'emplois dans certains secteurs, en souffrance. Gérald Darmanin dit partager cette analyse mais dans le même temps il nous explique que (les suppressions de postes, ndlr), c'est dans les orientations du président de la République", a-t-il ajouté.

Selon le syndicaliste, le ministre a par ailleurs indiqué qu'il n'y aurait "vraisemblablement pas de hausse de la valeur du point d'indice en 2017" et qu'un rendez-vous salarial annuel, acté par l'ancien gouvernement, "n'est pas envisagé à ce stade avant 2018". 

Y.D. avec AFP