BFM Business

Evreux : des salariées apprennent leur licenciement par SMS

Nelly Garsault, l'une des salariées licenciées

Nelly Garsault, l'une des salariées licenciées - -

Après la liquidation de leur entreprise, 17 aides à domicile ont été averties de la perte de leur emploi par texto. Si beaucoup ont retrouvé du travail, elles restent sous le choc de cette méthode expéditive.

Une phrase dans un texto : "Vous allez être licenciée ou reclassée par le mandataire judiciaire". C'est par SMS que Nelly Garsault et ses seize collègues ont appris la nouvelle de leur licenciement après la liquidation de leur entreprise, une société d'aide à la personne basée à Evreux, dans l'Eure.

La plupart des aides à domicile licenciées ont la possibilité de rebondir. Mais la brutalité de l'annonce a laissé des traces. "Nous sommes plutôt disponibles. La moindre des choses, c'était de nous prévenir avant !", ne décolère pas Nelly.

Un moyen moderne, pour la responsable

D'autant que cette méthode plutôt désinvolte contraste avec une situation lourde de conséquences. "Nous n'avons toujours pas nos salaires. Du coup, je ne dépense plus rien autre que le nécessaire", pointe une autre salariée, Valérie Percheron.

La responsable de la société, Elise Casanova, comprend aujourd'hui que ses employées aient pu se sentir "brutalisées" par ce geste peut-être trop anodin. C'est elle qui a envoyé les SMS. Mais pour elle, le SMS reste une manière moderne de communiquer.