BFM Business

En Corse, les jeunes entreprises meurent moins que sur le continent

La Corse a un fort taux de création d'entreprises, mais aussi un de pérennité.

La Corse a un fort taux de création d'entreprises, mais aussi un de pérennité. - Pascal Pochard-Casablanca - AFP

Trois ans après leur création, 75% des entreprises de l’ile de beauté n'ont pas mis la clé sous la porte. C'est mieux que la moyenne nationale, selon une étude publiée ce mardi par l’Insee. Et il y a une explication.

Si certaines mauvaises langues moquent souvent la Corse pour son rythme de travail poussif, voilà une statistique qui permettra de remettre certaines pendules à l’heure.

En effet, selon une récente étude de l’Insee, les entreprises créées sur l’Ile de beauté résistent mieux que sur le continent. 75% d’entre elles sont ainsi toujours en activité après trois ans d’existence, alors que la proportion s’élève à seulement 71% au niveau national. La performance est d’autant plus remarquable que la région créé plus d’entreprises que la moyenne. Et ce n’est pas (spécialement) grâce au soleil : la région Paca voisine affiche en effet un taux de survie de ses entreprises inférieur à 70%, pour un nombre de créations similaire.

L’explication du phénomène pourrait se trouver du côté de la jeunesse corse, et de son esprit entrepreneurial. Plus jeunes, moins diplômés, les créateurs d’entreprise investissent généralement moins d’argent dans leur projet. "Les caractéristiques des créateurs corses et de leurs projets laissaient présager une moindre pérennité en Corse que sur le continent", note ainsi l’Insee. "Au contraire, elle est meilleure".

L'industrie tire son épingle du jeu

Sur le plan national, l’étude montre une disparité entre les secteurs d’activité. La santé, le transport et... plus surprenant- l’industrie tirent leur épingle du jeu avec un taux de pérennité proche de 80%. Tandis que la construction (68%) et le commerce (64%) ont plus de difficultés. La situation est la plus critique dans l’hébergement-restauration, où seulement deux tiers des nouvelles entreprises survivent au moins trois ans.

Les plus optimistes trouveront toutefois de quoi se réjouir. Car dans leur ensemble, les entreprises créées en 2010 ont mieux résisté trois ans après que celles créées en 2006:

-
- © Insee
Y.D.