BFM Business

Emploi des cadres: les deux secteurs qui recrutent le plus 

Les intentions d'embauche des entreprises restent stable au deuxième trimestre

Les intentions d'embauche des entreprises restent stable au deuxième trimestre - Joel Saget - AFP

La prudence reste de mise chez les recruteurs, selon la dernière note de conjoncture de l'Apec publiée ce jeudi 23 avril. Une entreprise sur deux compte ainsi embaucher un cadre au deuxième trimestre 2015, soit le même niveau que lors de la même période en 2014.

De nouveaux chiffres du côté de l'emploi des cadres qui confirment que la reprise ne s'accompagne pas encore d'un véritable redémarrage des recrutements. C'est l'Apec, l'association pour l'emploi des cadresqui publie sa note de conjoncture trimestrielle, ce jeudi 23 avril. Résultat des prévisions pour le deuxième trimestre 2015: pas d'augmentation des intentions d'embauche.

Les entreprises n'ont ainsi toujours pas retrouvé la confiance. De plus, lorsque l'on observe les prévisions d'embauches des cadres, elles n'ont pas bougé depuis un an. Ainsi, une entreprise sur deux compte embaucher au moins un cadre au deuxième trimestre, soit exactement la même proportion qu'au printemps dernier.

La prudence reste de mise

Une proportion qui est néanmoins plus élevée dans la banque-assurance (71%) et l'industrie (55%) que dans le commerce et les transports (32%). "La prudence reste de mise chez les recruteurs, avec une part en hausse des entreprises déclarant une stabilité du volume de leurs embauches de cadres", souligne Jean-Marie Marx, directeur général de l'Apec.

Ces mêmes dirigeants reconnaissent pourtant que leur environnement économique est meilleur, avec en tête, le secteur informatique ou les activités de conseil.

Quasiment plus aucune entreprise n'évoque une dégradation de son activité. Mais tout cela n'est pas suffisant pour relancer la dynamique de l'embauche. Les signes de retour à la croissance ne se traduisent pas encore par un regain de confiance pour les employeurs.

Autre point d'inquiétude: lorsque recrutement il y a, il s'agit le plus souvent de compenser un départ et non de créer un nouveau poste qui serait alors le signe du développement de l'entreprise. Ainsi, la part des embauches prévues pour le deuxième trimestre et liées avant tout à l'augmentation de l'activité n'est que de 31% contre 45% pour celles liées au turnover.

Isabelle Gollentz avec J.M.