BFM Business

Egalité hommes-femmes au travail: Trop d'écarts entre l'intention et les faits

De nombreuses entreprises estiment encore que l'égalité professionnelle n'est pas une priorité.

De nombreuses entreprises estiment encore que l'égalité professionnelle n'est pas une priorité. - -

Selon une étude réalisée par l’Apec, les entreprises sont conscientes des enjeux liés à l’égalité professionnelle. Mais bien peu se donnent les moyens de la mettre en œuvre, arguant principalement d’un manque de temps.

Recrutement, évolution de carrière, rémunération… la différence de traitement entre les salariés hommes et femmes se matérialise dans toutes les étapes de la vie professionnelle. Selon l’Apec, l'agence pour l'emploi des cadres, les entreprises sont bien conscientes des enjeux de l’égalité au travail, encadrée depuis 2006 par une loi. Selon une enquête réalisée au cours du mois de février (*), 89% des entreprises adhérent ainsi aux principes fondateurs de cette loi. Mais dans les faits, bien peu se donnent les moyens de la mettre en œuvre...

Les responsables des ressources humaines estiment que d’autres sujets sont plus prioritaires, comme le développement des compétences, la gestion des séniors ou encore la mobilité interne.

Des inégalités minimisées

L’étude montrent aussi que les mentalités peinent à évoluer. Certaines inégalités n’apparaissent même plus comme telles et passent pour des pratiques acceptables. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit de donner une promotion à un salarié. Ainsi, 64% des entreprises interrogées reconnaissent que les postes les plus élevés sont davantage occupés par des hommes que par des femmes, sans que cela ne constitue un souci.

Cette inégalité s’explique par la persistance de freins liés à la maternité, même future. "De façon diffuse, leur engagement et leur investissement vis-à-vis de l’entreprise peuvent encore être jugés moindres que ceux des hommes", peut-on lire dans l’étude. 

Pourtant les trois quarts des entreprises déclarent avoir mené des actions pour répondre aux obligations de la loi de 2006, que ce soit au niveau de l’embauche, des conditions de travail, de la rémunération…

Les domaines dans lesquels les entreprises déclarent avoir le plus mis en œuvre, ou envisager de le faire d

Mais, au final, les sociétés s’estiment désemparées sur les moyens à mettre en œuvre pour obtenir l’égalité salariale. La cause principale: le manque de temps pour mettre en place des actions, dénoncé par 35% des entités interrogées.

La solution qui leur paraît la plus efficace serait une mesure d'accompagnement. Un guide opérationnel est sollicité par 37% des sociétés interrogées, des échanges et des rencontres entre entreprises par 30% d’entre elles. Des aides financières sont même souhaitées par 19%.

(*) L’Apec a interrogé plus de 1000 personnes chargées de l’égalité professionnelle au sein d’entreprises de 50 salariés et plus.

Coralie Cathelinais