BFM Business

Egalité femmes-hommes : une centaine de grandes entreprises ne jouent toujours pas le jeu

Muriel Penicaud - Image d'illustration

Muriel Penicaud - Image d'illustration - Ludovic Marin- AFP

92% des entreprises de plus de 1000 salariés ont respecté l'obligation de publier leur index d'égalité. Le ministère du Travail a adressé des lettres de mise en demeure aux récalcitrantes, qui encourent des sanctions financières.

Depuis le 1er mars, les entreprises de plus de 1000 salariés ont l'obligation de publier un index, basé sur cinq critères, qui mesure leurs démarches pour établir l'égalité entre femmes et hommes au sein de leurs équipes. Elles sont 92% à s'être conformées à la législation, selon le dernier pointage effectué par le ministère du Travail et révélé par Les Echos.

Mais une centaine d'entreprises sont à la traîne ou pire, n'ont encore rien entrepris pour établir leur index. Le ministère du Travail estime que les sept mois de répit qui leur a accordé est suffisant. Il a donc été décidé de leur mettre un coup de pression.

L'Inspection du Travail a envoyé ses premières lettres de mise en demeure en fin de semaine dernière, selon des informations du quotidien. Elles ont un sursis d'au moins un mois pour publier leur index d'égalité. Les entreprises récalcitrantes risquent une pénalité financière qui peut s'élever à 1% de la masse salariale.

L'index montre la persistance du "plafond de verre"

Mais publier un index ne suffit pas. Il faut aussi obtenir un minimum de 75 points sur une grille de notation de 100 points mesurant cinq critères, parmi lesquels les écarts de salaire entre hommes et femmes, les promotions, les augmentations accordées au retour d'un congé maternité… La moyenne obtenue par les entreprises qui ont publié leur index est de 83 points, un chiffre en hausse de trois points par rapport au dernier pointage effectué en mars. Quatre d'entre elles ont même obtenu 100 sur 100. Mais une entreprise sur cinq a encore des progrès à faire en matière d'égalité car elle n'atteint pas le plancher légal.

L'analyse de l'index permet aussi de mettre en lumière les domaines où l'égalité peine à s'imposer. C'est notamment le cas parmi les hautes rémunérations, où la présence des femmes est encore trop discrète. 49% des entreprises ayant calculé leur index ont obtenu 0 sur 10, ce qui signifie qu'au mieux une seule femme figurait dans le top 10 des plus gros salaires. La maternité demeure toujours un passage délicat dans une carrière car 31% des entreprises ne respectent pas l'obligation d'augmentation au retour du congé maternité.

C.C.