BFM Business

Doux sur le point d'être repris

En redressement judiciaire, le volailler Doux voit son avenir s'éclaircir.

En redressement judiciaire, le volailler Doux voit son avenir s'éclaircir. - -

Le volailler breton finaliserait un accord de reprise avec la holding de la famille Calmels D&P et le groupe saoudien Almunajem, a appris l'AFP, ce jeudi 7 novembre.

La roue est peut-être en train de tourner pour Doux, en redressement judiciaire depuis l'été 2012. Selon l'AFP, le volailler breton serait sur le point de finaliser un accord de reprise avec le groupe saoudien Almunajem, son premier client, et la holding de la famille Calmels D&P.

A l'issue des négociations, "D&P détiendra 52,5% du capital de Doux, Almunajem 25% et la famille Doux 22,5%", selon des sources anonymes citées par l'agence de presse. "La signature devrait intervenir dans les prochains jours", a-t-on précisé.

Verdict fin novembre

Le tribunal de commerce de Quimper doit rendre fin novembre sa décision sur le plan de continuation que lui présentera alors la société, qui a déjà supprimé un millier d'emplois.

Le groupe saoudien Almunajem, de son côté, s'était dit prêt vendredi dernier à "prendre une participation significative au capital" de l'entreprise.

Le représentant du groupe en France, Amr Al Kouatli, avait alors précisé que sa participation serait "dans un ordre de grandeur autour de 25%" mais que le montant exact "pourrait varier". Il avait ajouté qu'Almunajem "travaillait de manière très étroite" avec le gouvernement français dans ce dossier.

Les syndicats méfiants

Pour sa part, le groupe Doux avait évoqué en septembre une possible entrée à son capital du saoudien, ainsi qu'une arrivée prochaine de l'homme d'affaires Didier Calmels.

Cette perspective, qui ne s'était jusqu'ici pas concrétisée, avait suscité une certaine défiance des syndicats. La CGT, notamment, avait fait part de sa préférence pour un investisseur industriel plutôt que financier.

Actuellement, la famille Doux contrôle 80% du capital du volailler, et BNP Paribas 20%.

Le groupe a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros. Il dispose de cinq sites de production en France, trois couvoirs, deux usines d'aliments et compte désormais 2.400 collaborateurs.

Y. D. & AFP