BFM Business

Doux : Stéphane Le Foll ne veut pas "laisser empirer" la situation

Stéphane Le Foll a rencontré les industriels ayant fait des offres de reprise sur les sites du pôle frais de Doux

Stéphane Le Foll a rencontré les industriels ayant fait des offres de reprise sur les sites du pôle frais de Doux - -

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, était interviewé sur BFM Business, jeudi 6 septembre. Il a notamment commenté l’évolution de la situation du groupe Doux.

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll est revenu sur la situation de l’entreprise Doux alors qu’une partie des salariés du groupe volailler seront fixés lundi 10 septembre sur leur sort. Date à laquelle, le tribunal de Quimper se prononcera sur les offres de reprise partielles des différents sites qui constituent le pôle frais du groupe.

"J’ai rencontré toute la semaine les industriels qui ont fait des propositions. Nous avons essayé d’améliorer les offres de reprise pour essayer de faire en sorte qu’à la fois sur l’emploi à court terme, et sur les choix stratégiques de moyen et de long terme, nous puissions redresser une situation qui est devenu catastrophique", a indiqué Stéphane Le Foll.

"Des solutions d'avenir industriel"

Le ministre a appelé le tribunal de Quimper à "choisir des solutions d’avenir industriel". Il a regretté la longueur de la procédure qui concerne le groupe placé en redressement judiciaire fin juin, tout en reconnaissant qu’un certain temps était nécessaire face à l’enjeu économique.

Par ailleurs, Stéphane Le Foll a affiché sa volonté d’accélérer la procédure qui vise les activités du groupe extérieurs au Pôle frais. "Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser cette situation empirer", a-t-il affirmé. En effet, les autres activités du groupe Doux sont encore en période d'observation jusqu'au 30 novembre. L’entreprise emploie un total de 3 400 personnes et croule sous une dette de plus de 430 millions d'euros.

BFM Business