BFM Business

Doux remis à flot par un groupe saoudien?

Le volailler Doux voit son avenir s'éclaircir, avec la possible prise de capital d'un groupe saoudien.

Le volailler Doux voit son avenir s'éclaircir, avec la possible prise de capital d'un groupe saoudien. - -

Le volailler français, en redressement judiciaire, a annoncé que son client saoudien Almunajem pourrait acquérir 25% de son capital.

Il s'agit peut-être d'une véritable bouffée d'air frais pour le groupe Doux. Le Saoudien Almunajem, spécialisé dans l'importation et la distribution de produits alimentaires, pourrait en effet acquérir 25% de son capital, a annoncé le volailler français, jeudi 19 septembre.

Le groupe indique, dans un communiqué, avoir été "soutenu", depuis son placement en redressement judiciaire, par son "premier client et partenaire", le groupe Almunajem, qui "entend maintenir - et si possible développer - ses volumes de commandes, d'achat de volailles et de produits transformés à base de volailles". "Le groupe Almunajem a ainsi réaffirmé sa confiance dans la haute qualité des produits Doux", se félicite le groupe.

Doux se recentre sur l'export

Le groupe saoudien "étudie actuellement les conditions d'une prise de participation éventuelle portant sur 25% du capital du groupe Doux", assure le communiqué du volailler, précisant que les négociations devraient aboutir rapidement.

Quelques jours plus tôt, Doux avait annoncé la signature d'un accord de principe avec l'homme d'affaires Didier Calmels, en vue d'une entrée de sa holding Développement et Partenariat à son capital.

Le volailler s'est recentré sur l'export et la transformation (Père Dodu) après s'être allégé à l'automne 2012 de son pôle frais, liquidé au prix de la suppression d'un millier d'emplois.

Y. D. & AFP