BFM Business

Des milliers de personnes dans la rue contre les réformes du gouvernement

A Lyon, 3.000 personnes ont manifesté, selon la police.

A Lyon, 3.000 personnes ont manifesté, selon la police. - Jeff Pachoud - AFP

A l’appel de plusieurs organisations syndicales, de nombreuses manifestations ont eu lieu ce jeudi, un peu partout en France.

"Non à la loi Macron, au travail du dimanche, à la réforme du code du travail": des milliers de salariés sont descendus jeudi dans la rue à l'appel de la CGT, de la FSU et de Solidaires, pour réclamer des hausses de salaires et défendre l'emploi. Deux organisations de jeunesse, l'Unef et l'UNL, appelaient également à la mobilisation.

Malgré tout, très peu de perturbations ont été constatées dans les transports et l'éducation. Le trafic des trains SNCF Intercités et TER était légèrement affecté, la direction faisant état de 12% de grévistes. A l'Education nationale, les taux de grévistes étaient de 1,6% pour l'ensemble, 1,7% chez les enseignants, selon le ministère. A Versailles, le Parc et le Château sont restés fermés aux touristes.

Des manifestations ont eu lieu dans de nombreuses villes. A Paris, où FO a rejoint le mouvement, plusieurs milliers de personnes ont défilé de la République à Nation, avec en tête de cortège des responsables régionaux des syndicats. "Globalement, toutes les lois" du gouvernement "sont des lois de régression sociale et de remise en cause du modèle social français", a affirmé Virginie Gensel, membre de la direction de la CGT, au départ du défilé parisien. "La colère monte. Il faut s'en servir pour élever le rapport de force", selon elle.

"Ce qu'ils font, c'est la fin de tout"

A Lyon, 3.000 personnes, selon la police, ont défilé dans la matinée. "Non à l'austérité et à la loi Macron, pour plus d'emplois, de salaires, de protection sociale", lisait-on sur leurs banderoles. 

Au Havre (Seine-Maritime), plusieurs centaines de manifestants, principalement des cégétistes, ont bloqué dans la matinée les entrées de la ville, provoquant des kilomètres d'embouteillages. Des dockers CGT empêchaient l'accès des poids lourds aux terminaux du port.

A Marseille, 2.400 salariés, selon la police (15.000 selon la CGT,) se sont rassemblés en fin de matinée au Vieux-Port, sous la bannière de la CGT. "Dans le code du travail, il n'y a déjà pas énormément" pour protéger les salariés précaires, "ce qu'ils font c'est la fin de tout", dit Frank Gaulin, délégué CGT chez Carrefour. 

Quelque 600 personnes, selon la police, un millier, selon la CGT, - en majorité agents de services publics, retraités et comité de défense de chômeurs - ont battu le pavé à Caen pour le "retrait du plan d'austérité" et le "retrait de la loi Macron", a constaté une journaliste de l'AFP.

1.800 personnes ont défilé à Nantes, 450 à Saint-Nazaire, 500 à Cherbourg, 700 à Rennes, 300 à Béziers. La précédente journée d'action unitaire, le 9 avril, à laquelle avait participé également FO, avait rassemblé, selon la CGT, 300.000 personnes dans tout le pays et 120.000 à Paris (32.000, selon la police).

Y.D. avec AFP