BFM Business

De quels métiers les parents français rêvent-ils pour leurs enfants?

Médecin, ingénieur et... enseignant. Les trois professions les plus valorisées pour les parents français.

Médecin, ingénieur et... enseignant. Les trois professions les plus valorisées pour les parents français. - Courtany - Pixabay

Médecin, ingénieur, enseignant, telles sont les trois carrières les plus fréquemment citées par les parents français lorsqu'on les interroge sur leurs souhaits pour leurs enfants.

Tu seras médecin ma fille. Voilà ce que disent les parents à leur enfant qui s’interroge sur son avenir professionnel. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par la banque HSBC dans 16 pays (5.500 parents questionnés). Ainsi en France, c’est la profession de médecin qui arrive en tête des souhaits avec 15% de citation devant celle d’ingénieur (10%). Pour les deux premiers boulots cités, la France ne se distingue pas du reste du monde. Les parents des 16 pays interrogés rêvent aussi de médecin (19%) et d’ingénieur (11%) pour leur progéniture.

Le choix des parents français est en revanche différent en ce qui concerne la troisième place. Alors qu’au niveau global, c’est la profession d’informaticien qui ferme la marche sur le podium (8%), dans notre pays c’est celle d’enseignant (7%). La preuve que la profession n’est pas si dévalorisée que ça aux yeux des Français. On peut aussi y voir un effet de la crise économique, les parents privilégiant pour leurs enfants la sécurité de l’emploi pour leur choix de carrière.

Les longues études n'ont plus la cote 

La France se distingue aussi des autres nations en ce qui concerne les priorités dans la vie. Ainsi, dans l’Hexagone, les parents sont 86% à estimer que l’objectif numéro 1 est d’être heureux dans la vie contre 64% dans les 15 autres pays. A titre de comparaison, ils sont 72% aux Etats-Unis, 62% au Brésil et à peine 49% en Inde à l’affirmer. Plus étonnant, les parents français se distinguent aussi très nettement des autres en ce qui concerne les revenus. Ainsi six parents interrogés sur 10 considèrent qu’il est important de gagner suffisamment d’argent pour avoir une vie confortable. Au niveau global, ce taux n’est qu’à 34% (39% pour la Grande-Bretagne, 38% pour les Etats-Unis).

Dernier enseignement de l’étude plutôt surprenant : le plus faible engouement pour les longues études dans les pays occidentaux. Ainsi, si 50% des parents interrogés dans les 16 pays souhaitent que leurs enfants obtiennent au minimum un master (Bac+5), cette proportion tombe à 46% en France, 31% aux Etats-Unis et même 14% au Royaume-Uni. Des chiffres qui contrastent avec les pays émergents avec par exemple des taux de 63% au Brésil, 67% en Indonésie et même 88% en Inde.

Des pays dans lesquels les études longues sont encore un gage de réussite professionnelle. Plus en Occident apparemment où les longues études sont assimilées à une arrivée de plus en plus tardive sur le marché du travail. Inquiétant constat qui traduit une peur de l’avenir et la fin de la croyance en un ascenseur social qui assurerait aux enfants un meilleur emploi que pour leurs parents…

Frédéric Bianchi