BFM Business

Dans les quartiers difficiles : priorité à l’emploi !

-

- - -

Le succès du plan gouvernemental présenté ce matin par Nicolas Sarkozy en personne dépendra de sa réussite en matière d’emploi et d’insertion. Stages, absence d'interlocuteurs... Deux jeunes expliquent leur galère pour lutter contre ce que le président appelle de l'oisiveté.

Après plusieurs reports, et quelques cafouillages, Nicolas Sarkozy a annoncé ce matin depuis l'Elysée son plan pour les banlieues : « Le Plan Espoir Banlieue ». Parmi les nombreuses mesures qui doivent être mises en œuvre, l’emploi, et en particulier celui des jeunes, est une des priorités du plan.
En effet, l’insertion des jeunes des quartiers difficiles dans le monde du travail se heurte à de nombreux obstacles, dès la recherche d’un stage en entreprise. Comme en témoigne Elif, habitante de Nanterre (Hauts-de-Seine), au micro de Céline Martelet, l’obtention d’un stage pertinent après son BTS a relevé du parcours du combattant.
De plus, le manque d’informations sur le monde du travail est la première cause du fossé qui sépare les jeunes des quartiers difficiles de leurs employeurs potentiels. En effet, selon Enjel, jeune cuisinier à Toulouse et originaire du quartier dit sensible du Mirail, l’absence d’interlocuteur concernant l’emploi est à l’origine du défaitisme de certains jeunes.

La rédaction & Charles Magnien