BFM Business

Chômage : le gouvernement mise sur les contrats aidés

Michel Sapin, le ministre de l'Emploi, a déjà obtenu 80 000 contrats aidés supplémentaires

Michel Sapin, le ministre de l'Emploi, a déjà obtenu 80 000 contrats aidés supplémentaires - -

Les emplois d'avenir constituent le principal sujet de ce Conseil des ministres du mercredi 29 août. Devant la montée du chômage, le gouvernement a décidé de convoquer le Parlement en session extraordinaire dès le 10 septembre pour voter le texte.

Aujourd'hui, le Conseil des ministres adoptera le projet de création des emplois d'avenir. Et le Parlement sera convoqué en session extraordinaire le 10 septembre - et non à la fin du mois comme prévu initialement- pour le voter. Les premiers contrats devraient être signés pour le 1er janvier 2013.

Ces contrats sont l'une des principales promesses du candidat Hollande en matière d'emploi, mais dont la mise en oeuvre devient d'une urgence absolue face à la montée du chômage. En juillet, selon les chiffres publiés lundi soir, le nombre de demandeurs d'emploi s'est encore accru de 41 300, dont 10 000 jeunes de moins de 25 ans.

Mesures d'urgences

Lundi soir au 20 heures de France 2, Jean-Marc Ayrault a défendu sa politique de lutte contre le chômage basée sur deux piliers : des réformes de fond et des mesures d'urgences.

Dans l'attente des premières, qu'il précisera peut-être cet après-midi, dans son discours à l'université d'été du Medef, le Premier ministre est contraint de faire comme tous ses prédécesseurs (de gauche comme de droite) confrontés à la hausse du chômage : recourir aux emplois aidés pour sortir quelques centaines de milliers de personnes des listes de Pôle emploi.

Michel Sapin à la manœuvre

Dès sa nomination au ministère de l'Emploi et du Travail, Michel Sapin a réclamé et obtenu de Bercy le financement de 80 000 nouveaux contrats aidés. Les 310 000 contrats prévus en 2012 par l'ancienne majorité avaient tous été signés avant l'élection présidentielle.

A la différence des futurs emplois d'avenir, tous ces contrats aidés (contrats d'accès à l'emploi, contrats initiative emploi... ) ne s'adressent pas exclusivement aux moins de 25 ans. Beaucoup sont destinés aux chômeurs de longue durée afin qu'ils remettent un pied dans le monde du travail.

En 2013, Michel Sapin espère pouvoir financer 390 000 contrats, bien que son secteur ne fasse pas partie des ministères prioritaires comme l'Intérieur ou l'Education.

Les contrats de génération vont suivre

Une fois les emplois d'avenir sur les rails, le gouvernement devrait s'atteler à la mise en place des contrats de génération, également promis par le candidat Hollande. L'objectif est de favoriser l'emploi d'un jeune tout en conservant celui d'un plus de 55 ans, l'Etat prenant en charge les cotisations patronales du jeune et la moitié de celle du sénior. Le coût de la mesure atteindrait deux à trois milliards par an pour le budget.

Le gouvernement vise la création de 500 000 emplois en cinq ans grâce à cette formule dans les entreprises privées. Mais dès le 1er juin, le nouveau président de la République ,a semblé vouloir limiter le dispositif à certaines entreprises seulement.

Patrick Coquidé