BFM Business

Chômage : la barre des 3 millions officiellement franchie

-

- - -

Le chômage a poursuivi sa hausse pour le 16e mois consécutif en France au mois d'août, franchissant la barre des 3 millions pour la première fois depuis juin 1999. Les séniors, les jeunes et les chômeurs de longue durée ont été les plus touchés.

Le chômage a poursuivi sa hausse pour le 16e mois consécutif en France au mois d'août, franchissant la barre des 3 millions dans la catégorie phare pour la première fois depuis juin 1999, ont annoncé mercredi le ministère du Travail et Pôle emploi. La dégradation a particulièrement touché les personnes les plus âgées, et dans une moindre mesure les plus jeunes, ainsi que les chômeurs de longue durée.
Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (ceux n'ayant exercé aucune activité) a augmenté de 23 900 (+0,8%) le mois dernier en France métropolitaine pour s'établir à 3 011 000. Ce total est le plus élevé depuis juin 1999. Sur un an, la progression en catégorie A est de 9,2%.
En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi progresse de 0,9%, soit 40 800 personnes de plus, pour atteindre 4 494 600 (+8,4% sur un an). Ce nombre est le plus élevé des statistiques fournies par le ministère, qui remontent à janvier 1996. Avec les départements d'Outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B et C est de 4 776 800.

Les plus âgés et les plus jeunes ont été les plus touchés

Le nombre de demandeurs d'emploi âgés de plus de 50 ans a progressé de 1,7% en catégorie A (+16,9% sur un an) et de 1,5% en A, B, C (+15,5% sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi âgés de moins de 25 ans a augmenté de 0,7% en catégorie A (+9,0% sur un an) et de 0,9% en A, B, C (+8,0% sur un an). Le nombre des chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an) a progressé de 1,1% en catégories A, B et C (+9,4% sur un an), alors que le nombre de personnes inscrites depuis moins d'un an a augmenté de 0,8% (+7,7% sur un an).

« Une situation dont nous héritons »

Emboîtant le pas de son ministre du travail, Michel Sapin, qui a expliqué dans la matinée que le chômage qui explose en France est « dû à la politique précédente », le président de la République a lui aussi mis en cause Nicolas Sarkozy et l'ancien gouvernement de droite. « C'est une situation dont nous héritons » a déclaré François Hollande depuis New-York, où il est en déplacement officiel. Après s'être dédouané, le chef de l'Etat a promis de « tout faire (...) pour endiguer, puis ensuite faire reculer le chômage ».

La rédaction avec Reuters