BFM Business

Changer de job trop souvent peut nuire à votre carrière

Avoir eu trois employeurs différents au cours des 10 dernières années peut être rédhibitoire pour certains recruteurs.

Avoir eu trois employeurs différents au cours des 10 dernières années peut être rédhibitoire pour certains recruteurs. - Justin Sullivan- Getty Images- AFP

A plus de trois postes en 10 ans, un candidat est perçu par les recruteurs comme ayant la bougeotte. C'est particulièrement vrai pour les directeurs financiers, selon une étude du cabinet Robert Half.

Chercher à enrichir son expérience, développer de nouvelles compétences, vouloir se remettre en question, tels sont les arguments des candidats pour changer d'emploi régulièrement. Mais attention, ce choix peut être mal perçu par les employeurs, et particulièrement dans les fonctions administratives et financières au vu d'une étude réalisée par le cabinet Robert Half.

"Recruter quelqu'un cela peut être long, compliqué. Une fois recruté, il faut le former. Donc tout cela c'est du temps, c'est de l'argent. Et voir partir un collaborateur au bout de quelque mois ce n'est pas forcément idéal", détaille Bruno Fadda, directeur du cabinet Robert Half. De plus, les recruteurs peuvent se poser des questions sur la volonté du salarié à s'impliquer dans la société ou bien de ses capacités à s'intégrer.

Mais à partir de quand un salarié est-il perçu comme "job zappeur"? 88,5% des directeurs administratifs et Financiers (DAF) estiment qu'il suffit d'avoir changé 3 fois de poste sur une période de 10 ans.

Des CDD pour entamer une carrière

"Ce qui est étonnant, c'est que le curseur, ils le placent à 3 ans et non pas à 6 mois. Donc à leurs yeux, 3 postes en 10 ans, cela ne montre pas suffisamment de stabilité" constate Bruno Fadda.

Et 83% des DAF se déclarent prêts à éliminer un candidat sous le prétexte qu'il est un "job zappeur".Une position bien campée qui malheureusement ne prend pas en compte l'état du marché du travail.

"Aujourd'hui il est compliqué de faire des carrières très longues sur des mêmes postes et surtout en début de carrière. Le marché de l'emploi ne s'y prête pas forcément, avec parfois une gestion à court terme, comme avec beaucoup de CDD par exemple" relate l'expert du cabinet Robert Half.

Et il faut aussi tenir compte des changements de mentalités. Les jeunes candidats ne veulent plus construire leurs carrières comme ceux des générations précédentes qui pouvaient rester plusieurs dizaines d'années fidèles à la même entreprise.

C.C.