BFM Business

CGT-Medef, même combat?

Pierre Gattaz et Philippe Martinez

Pierre Gattaz et Philippe Martinez - Kenzo Tribouillard-AFP

"Philippe Martinez a été reconduit ce vendredi à la tête de la CGT sur une ligne dure face à la politique de l’exécutif. C’est aussi la ligne que l'organisation patronale a choisi en menaçant de quitter les négociations sur l’assurance-chômage si Valls ne revient pas à la version initiale de la loi El Khomri. "

Finalement, la loi El Khomri fait paradoxalement les affaires à la fois de la CGT... et du Medef. Grâce à son opposition totale et frontale au projet de réforme du droit du travail, Philippe Martinez, son secrétaire général élu ce vendredi 22 avril à l'issue du 51eme congrès de Marseille, a réussi à ressouder la centrale et à faire un peu oublier les polémiques liées à l’affaire de l’appartement de fonction de son prédécesseur Thierry Lepaon.

Rester leader dans les entreprises

La CGT espère surtout que cette ligne dure lui permettra de tirer son épingle du jeu lors des élections professionnelles qui vont avoir lieu dans les prochains mois. L'enjeu est de taille. Il s'agit d'éviter que dans un peu moins d'un an, en mars 2017, lorsque le ministère du Travail rendra public la représentativité de chaque centrale, le titre de premier syndicat de France change de main. 

Philippe Martinez va donc tout faire pour éviter que la CFDT s'empare de ce trophée symbolique. C’est loin d’être évident. En 2013, lors des dernières mesures d’audience, la CGT n’avait que 39.000 voix d’avance sur la CFDT avec au total que 26,77% des suffrages contre 26% à la seconde. 

La CFDT est mieux implantée dans les PME

Mais depuis les choses ont évolué. La CGT a nettement régressé dans certains de ses bastions électoraux traditionnels. C’est le cas d’Orange, l’ancien France télécom, de la SNCF, d’EDF ou encore d’Air France.

Surtout, la CFDT a l’avantage d’être implantée dans davantage d’entreprises que la CGT, en particulier dans les PME. Mécaniquement, la centrale dirigée par Laurent Berger a donc plus de chances de recueillir plus de voix.

Ce qui, au bout du compte, devrait faire du syndicat de Laurent Berger le premier syndicat de France dans le privé et le parapublic, même si la CGT restera la première organisation dans la fonction publique.

"Medef de combat"

Et quel est l’intérêt du patron des patrons de lancer un ultimatum au gouvernement? D'abord, pour Pierre Gattaz, il s'agit de convaincre ses troupes qu'il n'a pas renié ses promesses électorales. Faire un Medef de combat reste sa priorité. 

Or, lorsque le projet El Khomri a été présenté, le patron du Medef s'est montré plutôt modéré dans ses critiques. Largement plus que la CGPME. Même la taxation des CDD n’apparaissait pas au départ comme une ligne rouge à ne pas franchir pour Pierre Gattaz.

Tout cela a créé pas mal de remous dans beaucoup de fédérations patronales. Finalement la radicalisation du texte El Khomri sous la pression de la rue et de la gauche du PS a fait les affaires de Pierre Gattaz qui a pu ressouder ses troupes en jouant la politique de la chaise vide à l’assurance-chômage.

Sauf que le président du Medef joué son va-tout. Car si finalement, il ne met pas à exécution sa menace, qui croira encore Gattaz?

P.C