BFM Business

Cette pénurie de talents qui pourrait coûter très cher à la France

La formation des salariés s'annonce comme un enjeu déterminant pour les années à venir. Selon le cabinet Korn Ferry, 1,5 million de salariés hautement qualifiés pourraient manquer d'ici à 2030 en France. Dans le même temps, le surplus de main d'œuvre non qualifiée pourrait atteindre 1,7 million.

Une crise des talents s'annonce. D'ici à 2030, 85,2 millions de travailleurs qualifiés devraient manquer au niveau mondial pour satisfaire les besoins des entreprises et le retour de la croissance, selon le cabinet de gestion de talents Korn Ferry. Faute de pouvoir répondre à la demande, cette pénurie entraînerait une perte de revenus de l'ordre de 8452 milliards de dollars (soit 7046 milliards d'euros), soit le PIB cumulé de l'Allemagne et du Japon, cite en exemple le cabinet.

La France fait partie des cinq pays qui seraient les plus frappés par cette crise. Le cabinet estime qu'il pourrait manquer 1,5 million de salariés hautement qualifiés dans l'Hexagone. Cette pénurie aurait de lourdes conséquences sur l'économie, avec un manque à gagner estimé à 175 milliards d'euros. Dans le même temps, le surplus de main d'œuvre non qualifiée pourrait attendre 1,7 million. 

Former la main d'oeuvre pour s'adapter aux besoins

A l'échelle mondiale, le secteur des services financiers et commerciaux, l'un des plus gros contributeur aux PIB, est également celui qui est le plus menacé par cette pénurie de main d'œuvre qualifiée. "Les cinq premiers centres financiers de notre étude, qui sont les États-Unis, Chine, Royaume-Uni, l'Allemagne et la France pourraient ne pas générer 870,47 milliards de dollars (soit 725 milliards d'euros, ndlr) d'ici 2030" met en avant l'étude. Pour la France, le manque à gagner s'élèverait à 60,8 milliards de dollars (soit 50 milliards d'euros, ndlr). En effet, cette pénurie de main d'œuvre pourrait contrarier les espoirs de la France de tirer parti du Brexit en accueillant les sièges des entreprises qui quittent Londres.

Le secteur des technologies et télécommunications va lui aussi voir sa croissance freinée par la pénurie de main d'œuvre. Ce sont 4,3 millions de postes qualifiés qui devraient ne pas trouver preneur. En France, cela devrait représenter 16,4 milliards de dollars de pertes pour l'économie (soit 13 milliards d'euros).

Mais ce scenario catastrophe peut encore être évité si gouvernements et entreprises se mettent à l'écoute du marché du travail et mettent en place des plans de formations en adéquation.

C.C.